PRÉMONTRÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membres du plus important et du plus typique des ordres de chanoines réguliers apparus sous l'impulsion de la réforme grégorienne. L'ordre des Prémontrés doit son nom à l'abbaye fondée en 1120 à Prémontré (Aisne) par saint Norbert (mort en 1134). Depuis sa jeunesse chanoine de Xanten (sur le Rhin), mais sans ferveur, Norbert se convertit en 1115 ; toutefois, sa tentative de réformer l'abbaye lui vaut au synode de Fritzlar (1118) l'accusation d'être un dangereux novateur. Devenu, avec l'autorisation de Gélase II, prédicateur itinérant, il se lie avec l'évêque de Laon ; ils fondent ensemble l'abbaye de Prémontré. En 1226, l'année même où il obtient d'Honorius III la reconnaissance de sa fondation, Norbert, qui avait déjà repris ses prédications, est nommé archevêque de Magdebourg.

Glorification de l'Ordre des Prémontrés, F. A. Maulbertsch

Glorification de l'Ordre des Prémontrés, F. A. Maulbertsch

photographie

Franz Anton MAULBERTSCH, Glorification de l'Ordre des Prémontrés, huile sur toile. Österreichische Galerie, Vienne, Autriche. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Sous la règle de saint Augustin, les chanoines de Prémontré s'organisèrent dans la soumission à une observance sévère, proche de celle de Cîteaux. Sans doute s'inspirèrent-ils plus encore de la Charte de charité cistercienne pour aménager les relations entre les maisons de l'ordre, l'autorité suprême appartenant au chapitre général des abbés. L'expansion de l'ordre fut rapide, atteignant un millier d'abbayes ou prieurés à la fin du xiie siècle. Tantôt aussi retirés que des moines, tantôt exerçant des tâches pastorales, les Prémontrés ont contribué à préparer la fondation des ordres mendiants. Après des alternances de déclin et de réforme, l'ordre se trouva presque complètement ruiné à la fin du xviiie siècle. Restauré au xixe siècle, spécialement aux Pays-Bas et en Autriche, il compte actuellement deux abbayes en France — Saint-Martin de Mondaye (Calvados), Saint-Michel de Frigolet (Bouches-du-Rhône) — et quelques prieurés, avec plus de mille trois cents religieux. En liaison avec les abbayes vivent des fraternités séculières, représentant un ancien tiers ordre. Il existe aussi un monastère de chanoinesses norbertines : Sainte-Anne-de-Bonlieu (Drôme).

—  André DUVAL

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

André DUVAL, « PRÉMONTRÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/premontres/