PREMIÈRES I.R.M. MÉDICALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux États-Unis, les physiciens Felix Bloch et Edward M. Purcell font connaître en 1946 leur conception du moment magnétique du proton et de son comportement dans le champ d'un aimant : ces travaux leur valent le prix Nobel de physique en 1952. Les applications pratiques débutent après 1960 avec la spectroscopie R.M.N. grâce aux puissants champs magnétiques rendus possibles par les supraconducteurs, métaux maintenus au voisinage du zéro absolu. L'imagerie par résonance magnétique (I.R.M.) consiste à fabriquer des images en coupes et des reconstructions en trois dimensions à partir des réactions protoniques du corps humain plongé dans un champ magnétique puissant (de 0,5 à 1,5 tesla). Aux États-Unis, après les images expérimentales en 1971 du physicien Paul Lauterbur, un autre physicien, Raymond Damadian, conçoit en 1976 le premier prototype utilisable et effectue des examens de mains et de poignets sur des volontaires un peu avant des équipes britanniques (Aberdeen et Nottingham). L'exploration du crâne devient possible en 1979 et celle du corps entier dans les années 1980.

Images cérébrales comparées

Images cérébrales comparées

photographie

Coupe sagittale médiane du cerveau à gauche, coupe transversale à droite, respectivement en I.R.M. et en scanner X. 

Crédits : M. Laval-Jeantet

Afficher

—  Guy PALLARDY

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-V, radiologiste honoraire des hôpitaux de Paris

Classification

Pour citer l’article

Guy PALLARDY, « PREMIÈRES I.R.M. MÉDICALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/premieres-i-r-m-medicales/