DAWES PLAN (1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entré en vigueur le 1er septembre 1924, le plan Dawes demeurera en application jusqu'au 31 août 1929. Il est proposé par un comité d'experts sous l'autorité de l'intendant général américain Charles Dawes (1865-1951), nommé par la Commission des réparations et chargé de mener à bien les négociations qui suivent la politique de force de la France qui a occupé la Ruhr. Ce plan intérieur doit veiller au maintien de l'équilibre financier allemand. Il s'agit de prélever par l'impôt les sommes nécessaires sans compromettre le budget. Les Alliés assurent le transfert. Pour éviter tout retour à l'inflation, on crée une banque d'État qui ne pourra émettre que sous le contrôle du commissaire étranger. Les chemins de fer et l'industrie servent de gages pour le service des obligations. Les versements allemands doivent s'élever, en 1925, à 1 220 millions de marks-or. Les annuités successives seront calculées en fonction d'un indice de prospérité que l'on espère appelé à progresser. L'acceptation de ce plan clôt une période de cinq années de tergiversations. Ainsi présentée, la question des réparations était sans précédent. Intervenant en 1924, la solution était moins efficace que si elle avait été adoptée en 1919. Certes l'usage de la force avait été à peu près unanimement réprouvé. Mais due en partie à une politique française mal adaptée, l'occupation de la Ruhr constituait une source de conflits graves et devait aboutir à un règlement négocié par l'ensemble des parties intéressées. On ne pouvait alors imaginer — ce qui se passera en 1945 — un prélèvement direct sur le capital de l'Allemagne, une telle conception de la richesse n'étant pas reconnue à l'époque. L'acceptation du plan Dawes par la France a permis de rompre un isolement politique dangereux. La France recevra 4 065 millions de marks-or, dont 126 millions payés directement aux troupes d'occupation. Les transferts se seront élevés à 24 milliards de francs, ce qui représente environ un mois de revenu national français, 60 p. 100 de la somme représentant des prestations en [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  DAWES PLAN (1924)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Une économie « américaine » »  : […] Pendant les quinze années qui séparent la disparition du II e  Reich de l'avènement du III e , l'économie allemande voit alterner les crises et les périodes de prospérité. Crise de l'après-guerre, que caractérise l'effondrement du mark, bien plutôt qu'une baisse de la production : si celle de charbon tombe de 120 Mt en 1922 à 62 en 1923 pour remont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-moderne-et-contemporaine/#i_10795

SCHACHT HJALMAR (1877-1970)

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 393 mots

Fils d'un gros négociant allemand, Hjalmar Schacht passe une partie de sa jeunesse avec son père aux États-Unis. En 1903, il entre à la Dresdner Bank, dont il sera l'administrateur de 1908 à 1915. Au cours de la Première Guerre mondiale, il a l'occasion de s'initier au maniement des finances d'un État, en qualité d'administrateur financier du « gouvernement général de Bruxelles », en Belgique occu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hjalmar-schacht/#i_10795

Pour citer l’article

Armel MARIN, « DAWES PLAN (1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-dawes/