SIMON PIERRE (1925-2008)

Médecin gynécologue-obstétricien qui, par son engagement, a réformé la société française en donnant aux femmes le moyen de décider de leur maternité. Né le 3 janvier 1925 à Metz, Pierre Simon, après la Seconde Guerre mondiale, est interne à l'hôpital Bretonneau de Paris, dans le service du professeur Robey. En 1953, à son retour d'un voyage effectué en U.R.S.S., il importe en France les techniques de l'accouchement sans douleur et contribue activement à leur diffusion. Il introduit également des méthodes contraceptives, en particulier le stérilet dont il invente le terme. Il rencontre alors de fortes oppositions au sein de la société. En 1956, Pierre Simon est co-fondateur du Mouvement français pour le planning familial. Engagé au Parti radical, il travaille ensuite dans plusieurs cabinets ministériels. Sa lutte pour la contraception aboutit, en décembre 1967, à la loi Neuwirth qui légalise l'usage des méthodes contraceptives en France. En 1969, au sein du cabinet du ministre de la Santé Robert Boulin, il lance la première grande étude sur le comportement sexuel des Français. Publiée en 1972 et connue sous le nom de « rapport Simon », elle marque les esprits. Ses autres batailles seront consacrées à l'avortement – il fut l'un des maîtres d'œuvre de la loi Veil de 1975 – et au droit de mourir dans la dignité. Franc-maçon, Pierre Simon a été, par deux fois, grand maître de la Grande Loge de France. Depuis 2007, le prix Pierre-Simon éthique et société récompense des travaux de recherche ou des actions qui sont menés dans le domaine de l'éthique.

—  Universalis

Classification

Les derniers événements

1er-6 juillet 2020 Suisse. Exclusion du PLR genevois du conseiller Pierre Maudet.

Simon Brandt au sujet du financement de la soirée d’anniversaire du conseiller d’État, en mars 2018.  […] Lire la suite

11-27 mars 2001 France. Des élections municipales aux résultats mitigés

Simon (P.S.). La droite obtient un gain net de 40 villes de plus de 15 000 habitants (318 sur 583); la gauche passe de 301 villes de même importance à 259, perdant notamment Strasbourg, Orléans, Rouen, Blois, Quimper, Nîmes, Châteauroux, Lisieux, Épinay-sur-Seine, Colombes, Argenteuil, Drancy...; l'extrême droite ne contrôle plus que trois villes,  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SIMON PIERRE - (1925-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-simon/