DUPONT DE NEMOURS PIERRE SAMUEL (1739-1817)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un horloger, Pierre Samuel fait ses études littéraires et scientifiques, devient un disciple de Quesnay et partage les travaux du groupe des physiocrates avec Turgot, Malesherbes, d'Argenson, l'abbé Baudeau, Gournay. Il est appelé comme conseiller du roi de Suède puis du margrave de Bade et enfin du roi Stanislas Poniatowski qui le nomme secrétaire d'un conseil d'instruction publique et gouverneur de son neveu. Il devient collaborateur de son ami Turgot au Contrôle général des finances, le suit dans sa disgrâce et s'occupe d'agriculture. Rappelé par Vergennes comme conseiller d'État, il est chargé des relations du commerce extérieur et il prépare le traité qui doit consacrer l'émancipation des États-Unis en 1783, ainsi que le traité de commerce avec l'Angleterre en 1786. Secrétaire de l'Assemblée des notables, député du bailliage de Nemours aux États généraux, président de l'Assemblée nationale, il doit bientôt se cacher à Nemours. Il est arrêté le 7 thermidor, mais la chute de Robespierre deux jours après lui sauve la vie. Membre du conseil des Anciens en 1795, il défend les parents des émigrés. Déclaré suspect, inscrit sur la liste de déportation après le 18 fructidor, il s'exile aux États-Unis avec ses deux fils, à Jersey, près de New York. Il se voue à l'agriculture, accueille les émigrés et fonde dans le Delaware une entreprise industrielle qui deviendra une des plus importantes du monde. Il rédige, à la demande de Jefferson, le plan d'Éducation nationale des États-Unis en 1802. Il est partisan de l'enseignement sans contrainte. L'école doit former de bons citoyens, de bons techniciens, de bons agriculteurs et rester indépendante de l'Église. De retour à Paris en 1802, Dupont de Nemours est nommé président de la Chambre de commerce et membre de l'Institut. Secrétaire du gouvernement provisoire en 1814, il regagne l'Amérique au retour de Napoléon.  Homme d'une résistance extraordinaire et d'une vitalité intellectuelle prodigieuse, il a écrit un grand nombre d'ouvrages et publié les Œuvres de Turgot (1809-1811, 9 vol.).

—  Louis TRENARD

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lille

Classification


Autres références

«  DUPONT DE NEMOURS PIERRE SAMUEL (1739-1817)  » est également traité dans :

PHYSIOCRATES

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU
  •  • 4 077 mots

Dans le chapitre « Les hommes »  : […] L'abbé Galiani, un de leurs adversaires les plus sarcastiques, a qualifié les physiocrates de « secte d'illuminés ». Il y a en effet peu d'exemples de fidélité à un maître vénéré et à son message qui se puissent comparer à celui des physiocrates, rassemblés autour de François Quesnay par des liens doctrinaux et personnels à la fois. On peut citer, parmi les plus notables d'entre eux : le marquis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiocrates/#i_39085

Pour citer l’article

Louis TRENARD, « DUPONT DE NEMOURS PIERRE SAMUEL - (1739-1817) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-samuel-dupont-de-nemours/