PERRAULT PIERRE (1927-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'abord avocat, le Canadien Pierre Perrault est venu au cinéma par la radio (Au bord de la rivière, 1955-1956, Le Chant des hommes, 1956-1958), quand il a pu capter la parole vivante insérée dans le vécu. Il est, avec Michel Brault (auteur d'un petit film, Les Raquetteurs, 1958, considéré comme le manifeste d'un nouveau cinéma), à l'origine de l'explosion du cinéma direct au Québec, quand les Québécois, dans le mouvement de la « révolution tranquille » ont eu le sentiment de sortir d'une longue nuit, mais aussi quand de nouvelles techniques ont révolutionné le cinéma documentaire. Prolongeant son expérience de radio, Pierre Perrault réalise d'abord pour Radio-Canada une série de treize films : Au pays de Neufve-France (en collaboration avec René Bonnière ; 1960). Avec le « cycle de l'Île-aux-Coudres » (Pour la suite du monde, en collaboration avec M. Brault, 1964 ; Le Règne du jour, 1966 ; Les Voitures d'eau, 1968), il se rend aux sources de la culture des Canadiens français, célébrant la remontée du Saint-Laurent par Jacques Cartier comme un événement national fondateur épuré de toute fabulation, ce qui lui a valu d'être accusé de se complaire dans une vision passéiste. Il s'est ensuite attaché à réfléchir sur l'identité québécoise avec Un pays sans bon sens (1968), réflexion qu'il a poursuivie dans l'actualité à la faveur d'une grève d'étudiants à Moncton, ville de la province voisine du Nouveau-Brunswick où le français est minoritaire (L'Acadie, l'Acadie, en collaboration avec M. Brault, 1971). Plongeant toujours plus profondément dans l'univers québécois, il entreprend successivement le « cycle de l'Abitibi » (Un royaume vous attend, 1976 ; Le Retour à la terre, 1976 ; Gens d'Abitibi, en collaboration avec B. Gosselin, 1980), puis le « cycle amérindien » (Le Goût de la farine, en collaboration avec B. Gosselin, 1977 ; Le Pays de la terre sans arbres, ou Mouchouânipi, 1980). Son expérience et son talent éclatent dans La Bête lumineuse (1982), récit d'une force rare dans le documentaire, traitement clinique de l'imag [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : écrivain et critique de cinéma, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot, docteur de troisième cycle, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  PERRAULT PIERRE (1927-1999)  » est également traité dans :

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 452 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le direct »  : […] En 1958, dans le cadre de l'ONF, au Québec, Michel Brault tourne, sur un congrès d'amateurs de raquettes pour la neige, un petit film intitulé simplement Les Raquetteurs . Grâce à un matériel encore expérimental, léger, permettant à un opérateur entraîné de s'intégrer au groupe sans le perturber, il instaure une petite révolution. Le cinéma direct est né, ses progrès vont être foudroyants, et éma […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy GAUTHIER, « PERRAULT PIERRE - (1927-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-perrault/