CLÉMENTI PIERRE (1942-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant quarante ans, de 1960 (Le Chien de pique, Yves Allégret) à sa disparition le 27 décembre 1999, Pierre Clémenti a reflété la situation nouvelle, les contradictions, les drames parfois, d'un acteur venu au cinéma peu après la nouvelle vague. Il a aussi, plus que tout autre, exploré les possibilités offertes à un acteur créateur de ses rôles comme de sa « carrière », atypique.

Né le 28 septembre 1942 à Paris, Pierre Clémenti apprend l'art dramatique aux cours du Vieux-Colombier et de la rue Blanche et fait partie de la troupe de café-théâtre de Marc'O, au Bilboquet, où se sont formés également Bulle Ogier, Jean-Pierre Kalfon ou Michèle Moretti. Tous les quatre apparaissent dans la transposition cinématographique par Marc'O de sa pièce à succès, Les Idoles (1968).

Au cinéma, après une apparition dans Le Guépard, de Luchino Visconti (1962), il trouve son premier rôle important dans Les Îles enchantées (1965), de Carlos Vilardebo. Deux interprétations radicalement opposées vont révéler en Clémenti un talent incontestablement original : le client sadique de Catherine Deneuve dans Belle de jour, de Luis Buñuel (1967), et le naïf héros de Benjamin, ou les Mémoires d'un puceau, de Michel Deville (1968). C'est à l'évidence Buñuel, qui en fera l'ange porteur de mort de La Voie lactée (1969), qui a le mieux perçu le caractère inquiétant de ce physique fluet contredit par la force du regard, de l'intonation, du geste, dont l'acteur use avec sobriété et maîtrise.

Ses rôles dans des productions classiques sont toujours marquants : le poète lettriste de Nini Tirebouchon (Marcello Fondato, 1970), l'amant diabolique du Loup des steppes (Fred Haines, 1974), le terroriste androgyne de Surexposé (James Tobak, 1983), l'Européen décadent et fourbe de Marrakech Express (Hideous Kinky, Gillies McKinnon, 1998)... Mais, Pierre Clémenti avait choisi de ne pas se « galvauder dans des films qui ne méritent même pas d'être faits », leur préférant des œuvres où [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « CLÉMENTI PIERRE - (1942-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-clementi/