BROSSOLETTE PIERRE (1903-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris le 25 juin 1903 dans une famille d'enseignants républicains, Pierre Brossolette entre premier à l'École normale supérieure en 1922. En juin 1925, il est reçu deuxième à l'agrégation d'histoire.

Au long des années 1920, Pierre Brossolette milite assidûment pour la Société des Nations, le rapprochement franco-allemand et l'idée de fédération européenne. Il fait partie des groupes de jeunes intellectuels proches du radicalisme qui réfléchissent à la modernisation administrative, économique et sociale de la France. Entré à la Grande Loge de France en 1927, membre de la Ligue des droits de l'homme et de la L.I.C.A. (Ligue internationale contre l'antisémitisme), il se signale très tôt par ses engagements humanistes.

Déçu par le manque d'ambition réformatrice du Parti radical, il adhère à la S.F.I.O., fédération de la Seine, au printemps de 1930. De 1932 à l'été de 1939, et malgré ses échecs aux élections cantonales de 1934 et législatives de 1936, il milite activement à la tête de la fédération socialiste de l'Aube. Membre successivement du groupe planiste Révolution constructive, de la Bataille socialiste, puis de la tendance « Agir » des antimunichois de la S.F.I.O., il participe aux difficiles débats doctrinaux qui agitent son parti dans les années 1930.

Devenu journaliste dès 1926, il s'impose comme un spécialiste de la politique internationale, dans les colonnes, notamment, de Notre Temps, de L'Europe nouvelle et du Populaire, ainsi qu'au micro de la radio d'État de l'automne de 1936 à l'hiver de 1939. Hostile au fascisme italien dès 1927, avertissant ses lecteurs contre le nazisme à partir de 1930, lucide sur la diplomatie soviétique, la duplicité germano-italienne en Espagne et la stratégie nazie en Europe centrale, il met cependant près de dix années pour renoncer définitivement aux idéaux briandistes. De l'automne de 1938 à la déclaration de guerre, cet antimunichois farouche se signale en revanche par son discours très ferme en faveur de « l'esprit de résistance ».

Patriote et conscient du caractère mondial de la lu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : diplômé de Supélec et de l'Institut d'études politiques de Paris, docteur ès lettres et sciences humaines (histoire), directeur adjoint de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Les derniers événements

27 mai 2015 • FranceEntrée au Panthéon de quatre héros de la Résistance.

François Hollande préside la cérémonie d’entrée au Panthéon de quatre héros de la Résistance, le journaliste et homme politique Pierre Brossolette, l’ethnologue Germaine Tillion, l’ancienne présidente d’A.T.D. Quart-Monde Geneviève de Gaulle-Anthonioz et le ministre de l’Éducation du Front populaire Jean Zay. Le chef de l’État rend hommage à l’« esprit de résistance » tout en appelant au « devoir de vigilance ».  [...] Lire la suite

21 février 2014 • FranceAnnonce de quatre transferts au Panthéon.

»: l'ethnologue Germaine Tillion, l'ancienne présidente d'A.T.D. Quart Monde Geneviève de Gaulle-Anthonioz, le journaliste et homme politique Pierre Brossolette et le ministre de l'Éducation du Front populaire Jean Zay.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Guillaume PIKETTY, « BROSSOLETTE PIERRE - (1903-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-brossolette/