JOHNSON PAULINE (1861-1913)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète canadien, Pauline Johnson célébra l'héritage de son peuple amérindien dans ses textes, qui connurent un immense succès de son vivant. Permettant à ses lecteurs de connaître une culture jusqu'alors ignorée, elle décrivit la tribu et les rites des Mohawk.

Emily Pauline Johnson naît le 10 mars 1861 dans la réserve indienne Six Nations, dans le Haut-Canada (auj. en Ontario). Fille d'un chef Mohawk et d'une Anglaise qui lui fait découvrir les œuvres de Walter Scott, Milton et Shakespeare, elle publie ses premiers poèmes dès l'adolescence. À partir de 1892, se présentant sous son nom indien, Tekahionwake, elle participe à des tournées de représentations à travers le Canada, en Angleterre et aux États-Unis, donnant des lectures de poésie en étant vêtue, durant une partie du spectacle, d'une robe en daim. Elle est alors l'une des rares femmes de lettres à gagner alors sa vie grâce à ses écrits (The White Wampum, 1895 ; Canadian Born, 1903) et à ses représentations. Elle s'installe plus tard à Vancouver, où elle publie des contes en prose librement inspirés de la vie et des légendes indiennes : Legends of Vancouver (1911), The Shagganappi (1913) et The Moccasin Maker (1913). Ses poèmes sont rassemblés sous le titre Flint and Feather (1912). Pauline Johnson s'éteint le 7 mars 1913 à Vancouver.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  JOHNSON PAULINE (1861-1913)  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 025 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'invention d'un paysage »  : […] Au début du xx e  siècle, les poètes canadiens se trouvaient encore sous l'influence des modèles impériaux issus des mouvances romantique et victorienne. Les vers de Bliss Carman, Charles G. D. Roberts, Duncan Campbell Scott, et Pauline Johnson chantent de façon lyrique la grandeur des paysages canadiens. Ils sont souvent imprégnés d'une spiritualité transcendantaliste. Pauline Johnson (1861-1913 […] Lire la suite

Pour citer l’article

« JOHNSON PAULINE - (1861-1913) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pauline-johnson/