MEURISSE PAUL (1912-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est sans doute Jean Anouilh qui, malgré l'assez irrémédiable brouille qui les séparait, à une heure où les acteurs instinctifs tendaient à faire oublier les acteurs autrement plus cérébraux et aristocratiques d'avant et d'après guerre, tels Jouvet ou Stroheim, proposa la meilleure épitaphe de Paul Meurisse : « un des derniers comédiens à posséder encore du style ».

De style, certes, Paul Meurisse n'en manquait pas. Aussi noble et élégant à la scène qu'à la ville, aussi à l'aise dans les textes d'autrui que dans ses propres improvisations, il s'était peu à peu forgé un personnage qu'une diction impeccable mais particulière (comme Jouvet naguère) et un cynisme tout naturel, fait de formules cinglantes et acides, choisies et débitées avec gourmandise, contribuaient à façonner. Il avait pour cela une voix tour à tour caressante et sèche, une tenue irréprochable, dandyste et corsetée, où transparaissait l'influence de son modèle Eric von Stroheim, un faciès, enfin, impassible et bridé qui évoquait on ne sait quoi d'asiatique. Meurisse lui-même le reconnaissait : « Je ne suis pas un type à qui on tape sur le ventre. »

Né le 21 décembre 1912 à Dunkerque d'un père directeur à la Société générale, c'est à Aix-en-Provence qu'il fait ses études de droit et qu'il débute comme clerc de notaire. Mais il rêve d'un autre destin. Se disputant avec son patron qui lui interdisait d'apporter un aquarium de poissons rouges à l'étude, il claque la porte et gagne sa liberté. Ses premiers pas, évidemment, sont incertains et précaires. Lauréat d'un radio-crochet, il monte à Paris en 1936.Là, bellâtre et gominé, il joue les boys dans diverses revues (au Trianon notamment), puis présente un tour de chant avec les allures de Buster Keaton. Le hasard faisant toujours bien les choses, Édith Piaf le remarque et le présente à Jean Cocteau, dont il créera peu après Le Bel Indifférent. Rapidement démobilisé, il fait ses premiers essais devant les caméras. Ce sont Ne bougez plus de Pierre Caron, Montmart [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « MEURISSE PAUL - (1912-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-meurisse/