DEMIÉVILLE PAUL (1894-1979)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Lausanne dans une famille de médecins, mais ayant, par sa mère, de solides attaches terriennes, Paul Demiéville, dont le nom est indissociable du développement des études sinologiques en France, eut l'avantage d'avoir associé dans ses études secondaires l'allemand, l'anglais et l'italien à une maîtrise parfaite du français, telle qu'un Vaudois peut l'avoir. Docteur de l'université de Paris en 1914 avec un diplôme de musicologie, il se met à l'étude du chinois à Londres puis à l'École des langues orientales vivantes, et il devient le disciple d'Édouard Chavannes (1865-1918), titulaire de la chaire de chinois du Collège de France, et de l'indianiste Sylvain Lévi (1863-1936), qui le dirige vers les recherches sur le bouddhisme. Ces études supérieures, ou les recherches postérieures, lui ont permis de joindre le russe, le chinois, le japonais, le sanskrit, le pali et le tibétain aux langues qu'il avait déjà à sa disposition.

Ses longs séjours en Extrême-Orient vont lui donner l'occasion de manier de façon très courante le chinois et le japonais.

De 1919 à 1924, Paul Demiéville est membre de l'École française d'Extrême-Orient à Hanoi, où il succède à Paul Pelliot (1878-1945) et à Henri Maspero (1883-1945). Il publie dans le Bulletin de l'École ses premiers travaux importants, qui portent sur l'histoire du bouddhisme. De 1924 à 1926, il est professeur à l'université d'Amoy, dans le sud-est de la Chine. Il y nouera des relations d'amitié avec d'éminents savants chinois et y concevra une grande estime à l'égard du peuple chinois. De 1926 à 1930, il est pensionnaire puis directeur de la Maison franco-japonaise, à Tōkyō. De ce séjour il gardera une attitude très complexe, faite à la fois de jugements sévères à l'égard des « Nippons » – c'était l'époque du militarisme japonais et des débuts de l'invasion de la Chine – et d'amitié pour quelques savants japonais. De là lui viendra en échange une véritable vénération de la part d'un grand nombre d'entre eux.

Après douze années passées dans trois pays d'Extrême-Orient, dont il gardait au total un souvenir chaleureux, Paul Demi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, directeur de l'Institut des hautes études chinoises au Collège de France

Classification

Pour citer l’article

Yves HERVOUET, « DEMIÉVILLE PAUL - (1894-1979) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-demieville/