PAPANDRÉOU ou PAPANDHRÉOU ANDRÉAS (1919-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 5 février 1919 dans l'île de Chios, Andréas Papandréou est le fils d'un politicien centriste, Georges Papandréou, qui fut ministre dès 1923.

Le jeune Andréas fait des études de droit à la faculté d'Athènes et, durant la dictature du général Métaxas, il milite dans un petit groupe trotskiste dès 1937. Arrêté en 1939, ce fils de bonne famille, ayant dénoncé ses camarades et abjuré le marxisme, reçoit l'autorisation de quitter le pays et part pour les États-Unis en 1940. Il obtient son doctorat en économie à l'université Harvard en 1943 où il devient assistant. Ayant pris la nationalité américaine, il s'engage dans la marine et participe à la guerre du Pacifique en 1944-1945. Devenu professeur d'économie aux universités Harvard, du Minnesota et Northwestern, puis de Berkeley, il épouse successivement une jeune Gréco-Américaine, puis une Américaine, Margaret Chadd, dont il aura trois fils et une fille.

Doyen de la faculté d'économie de Berkeley de 1956 à 1959, il passe ensuite un an en Grèce comme chercheur américain. Sortie de la guerre civile, la vie politique du pays commence à renaître. Le centre gauche, derrière son père, mène la vie dure aux conservateurs soutenus par la famille royale et l'armée. Andréas retourne aux États-Unis en 1960-1961 ; mais, abandonnant la nationalité américaine, il décide de diriger l'aile gauche de l'Union du centre de son père. En 1961-1962, il exerce de hautes responsabilités à l'université et à la Banque de Grèce. Aux élections de 1964 qui voient la victoire de l'Union du centre, il est élu député du fief familial, l'Achaïe. Lorsque son père forme son gouvernement, il est secrétaire à la Coordination, sorte de super-chef de Cabinet, de février 1964 à juillet 1965. Il s'oppose déjà à l'autre dauphin de son père, Constantin Mitsotakis, qui refuse la « gauchisation » du gouvernement. Pendant trente ans, ils seront d'irréductibles rivaux. La chute du gouvernement centriste provoquée par le palais va entraîner le coup d'État des colonels. Le 21 avril 1967, Andréas Papandréou est l'une des quatr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification


Autres références

«  PAPANDRÉOU ou PAPANDHRÉOU ANDRÉAS (1919-1996)  » est également traité dans :

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 389 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le retour à la démocratie »  : […] Le nouveau gouvernement est composé essentiellement de personnalités ayant appartenu aux formations politiques d'avant 1967. Il prend un certain nombre de mesures : abolition des institutions de la dictature et remise en vigueur provisoire de la Constitution de 1952, à l'exception des dispositions relatives à la monarchie, la question du régime dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-de-la-grece-byzantine-a-la-grece-contemporaine/#i_90749

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « PAPANDRÉOU ou PAPANDHRÉOU ANDRÉAS - (1919-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/papandreou-papandhreou/