PALMER

Inventé en 1848 par Jean-Louis Palmer, l'instrument de précision qui porte son nom sert à la mesure des épaisseurs.

Un étrier rigide en forme de U comporte à l'une de ses extrémités une touche fixe, la butée, contre laquelle on applique la face A de la pièce à mesurer AA′. L'autre extrémité de l'étrier constitue l'écrou fixe dans lequel pénètre la vis micrométrique, laquelle est terminée par la touche mobile M qui vient buter sur A′. Une graduation millimétrique de l'écrou permet de compter les tours, 1 millimètre correspondant généralement à deux tours. La tête de la vis porte un manchon gradué en cinquante parties égales. Il faut amener la touche mobile M au contact de la face A′ de la pièce à mesurer sans exercer une pression excessive. On y arrive en entraînant la vis par un bouton moleté qui commande le mouvement de la vis par friction. Dès que le contact est réalisé, la rotation du bouton d'entraînement ne fait plus mouvoir la vis.

Ce dispositif de friction permet d'obtenir, quel que soit l'opérateur, la même valeur pour la cote mesurée ; ce qui n'est pas le cas avec un pied à coulisse. Un palmer permet de faire des mesures au 1/100 de millimètre.

—  Alain LE DOUARON

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Alain LE DOUARON, « PALMER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/palmer/