PAK CHONGHWA (1901-1981)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète et romancier coréen, Pak Djong-hoa, ou Chonghwa, créa, en 1922, avec les hommes de lettres coréens Hyon Djin-gǒn (1900-1941) et Ra To-hyang (1902-1927), la revue littéraire Päk-djo (Marée blanche) dans laquelle fut publiée une série de ses poésies, dont nous devons citer l'Éloge de la mort (Sa eui ye-tchan, 1923) qui exprime le mieux ses considérations sur la société désespérante et angoissante, que seule la mort pourrait ignorer totalement. Cette poésie représente fort bien le sentiment des intellectuels coréens vis-à-vis de leur pays colonisé depuis 1910, et leur déception d'avoir échoué dans le gigantesque mouvement pour l'indépendance de mars 1919. Le sentiment nationaliste de Pak Djong-hoa l'opposa aux écrivains de la Korea Artista Proleta Federatio (K.A.P.F.), communisante, dont l'influence se fit lourdement sentir, même chez des romanciers apolitiques comme Li Hyo-sǒk (1907-1940) ou Yu Djin-o (né en 1906). Pour détourner l'attention du public de la K.A.P.F., il écrivit, en suivant l'exemple donné par Li Koang-su, des romans historiques populaires comme Le Sang dans les habits de soie (Keum-sam eui p'i, 1935), Printemps attendu (Tä tchun bu, 1940). Spécialisé dans ce domaine, il publia plus tard L'Invasion japonaise de l'année Im-djin (Im-djin wö-ran, 1955-1958).

—  Ogg LI

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  PAK CHONGHWA (1901-1981)  » est également traité dans :

CORÉE - Littérature

  • Écrit par 
  • Ogg LI, 
  • Marc ORANGE, 
  • Martine PROST
  •  • 9 748 mots

Dans le chapitre « Littérature coréenne sous l'occupation japonaise (1910-1945) »  : […] Insatisfait de cette tendance du sin sosŏl dont le dernier représentant fut Yi Kwangsu (1892- ?), qui publia en 1917 un roman intitulé Mujŏng ( Sans cœur ), un groupe de romanciers essaya d'analyser et de décrire aussi fidèlement que possible la vie sociale, ce qui l'obligea à adopter les techniques du réalisme, auquel la revue Changjo ( Création ), fondée en février 1919 par Chŏn Yongt'aek ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

Ogg LI, « PAK CHONGHWA (1901-1981) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pak-chonghwa/