OUSSOURI, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né de la confluence de deux rivières, l'Oulakhe et la Daoubikhe — descendues de la chaîne de Sikhota-Aline dans l'Extrême-Orient sibérien —, l'Oussouri se jette dans le fleuve Amour, non loin de Khabarovsk, au terme d'un cours de 588 kilomètres (909 km avec l'Oulakhe) et draine un bassin de 187 000 kilomètres carrés. Une partie de son cours moyen sert de frontière entre la Russie et la Chine. La vallée de l'Oussouri s'épanouit en plaine, exception faite de quelques secteurs du cours moyen, légèrement encaissés à la traversée d'une diramation de la chaîne de Sikhota-Aline. Occupant un lit majeur fort ample, l'Oussouri se scinde en de nombreux bras enserrant des îles dont les berges instables donnent matière à contestation entre États riverains.

Les eaux de fonte des neiges fournissent au fleuve 28 p. 100 de son débit annuel et déterminent une première montée des eaux dès la fin du mois d'avril, le maximum d'écoulement se plaçant à la mi-juin. Une décrue fort prononcée se prolonge durant le mois de juillet et la plus grande partie du mois d'août. Le niveau des eaux s'élève à nouveau très vite au début de l'automne, lorsque s'installent les pluies de la mousson d'été ; le deuxième maximum d'écoulement est presque aussi nettement marqué que le premier.

Le débit moyen de l'Oussouri, à l'embouchure, est de l'ordre de 70 kilomètres cubes par année et le fleuve connaît des crues fréquentes, qui provoquent de graves ravages dans toute sa vallée. Le 24 juillet 1950, l'Oussouri a déversé à Stepanovski jusqu'à 8 220 mètres cubes seconde, soit, pour un bassin versant de 22 500 kilomètres carrés, 70,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin, le niveau des eaux ayant atteint 6,9 mètres au-dessus de l'étiage. Pris par les glaces de la mi-novembre à la mi-avril, l'Oussouri est navigable de la confluence de la rivière Iman jusqu'à son embouchure.

—  Pierre CARRIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  OUSSOURI, fleuve  » est également traité dans :

AMOUR, fleuve

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 311 mots

Dans le chapitre « L'Amour inférieur, entre B.A.M. et océan »  : […] Après avoir traversé le Petit Khingan par une dernière gorge, l'Amour s'épanouit dans une très large vallée et reçoit, en moins de 200 km, ses deux grands affluents de rive droite, le Soungari chinois (2,8 l/s/km 2 ) et l'Oussouri frontalier (10,7 l/s/km 2 ). L'agriculture, peu développée dans la vallée de l'Amour lui-même malgré l'essor du maïs dans les années 1970, se diversifie dans celle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour-fleuve/#i_43176

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Extrême-Orient sibérien »  : […] Dans l'Extrême-Orient sibérien se sont développées les cultures de la province maritime, des bassins inférieur et moyen de l' Amour. Le bassin moyen de ce fleuve, où se mêlent la pêche et l'agriculture, relie les cultures de la Mongolie, de la Mandchourie et de la Transbaïkalie à celles de la province maritime et du bassin inférieur. Cette dernière culture est sans doute la plus originale. Son ter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/#i_43176

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « OUSSOURI, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oussouri-fleuve/