BŘEZINA OTOKAR (1868-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète tchèque, Otokar Březina était fils de cordonnier ; après ses études secondaires, il est instituteur en Moravie du Sud-Ouest, qu'il ne quitte pratiquement jamais, même s'il est invité à donner un cours à l'université de Brno. Son existence s'écoule loin des centres littéraires et urbains, dans la solitude méditative, ponctuée de vastes lectures, marquée par une seule amitié amoureuse. Ses débuts en vers et en prose sont tout à fait conventionnels, réalistes, rhétoriques, patriotiques. En 1890, il perd ses parents, cesse alors d'écrire tandis que la lecture d'ouvrages empruntés au monastère local lui révèle la pensée antique (Platon, Plotin) et hindoue, les mystiques du Moyen Âge allemand et français. Il étudie aussi les philosophes modernes (Nietzsche, Bergson et surtout Schopenhauer), sans oublier les poètes français Rimbaud, Maeterlinck, Mallarmé et avant tout Baudelaire, qu'il lit dans le texte original.

Dès 1895, sous un nouveau pseudonyme, il fait paraître les recueils qui lui assurent, entre Bridel, Mácha et Holan, la suprématie parmi les poètes spiritualistes et métaphysiques tchèques et le placent d'emblée au sommet du symbolisme européen, avec Valéry, Claudel, Rilke, Yeats, Blok, Krasko. Objet d'innombrables analyses, l'œuvre complexe de Březina garde longtemps son secret, en particulier sur la « naissance » du poète de la « légende cosmique », selon le mot du poète Hora. Après sa mort, la révélation de sa correspondance en identifie la véritable cause : Baudelaire et sa descendance symboliste provoquèrent la métamorphose de sa forme poétique, mais non celle de sa pensée. Ainsi apparaissent ses vers libres, hymniques, musicaux, admirablement structurés, et une langue d'une extraordinaire richesse d'images et de métaphores.

Cinq recueils jalonnent son itinéraire spirituel : Lointains mystérieux (Tajemné dálky, 1895), Aube à l'Occident (Svítání na západě, 1895), Vents des pôles (Větry od pólů, 1897), Constructeurs du temple (Stavitelé chrámu, 1899) et Les Mains (Ruce, 1901). L'âme de l'homme qui commence à parler — il rappelle par moments Beethoven — est [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chargé de cours (littérature tchèque, littérature comparée) à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Pour citer l’article

Vladimir PESKA, « BŘEZINA OTOKAR - (1868-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otokar-brezina/