ORCAGNA ANDREA DI CIONE dit (connu entre 1344 et 1368)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un orfèvre, frère du sculpteur Matteo di Cione, des peintres Nardo et Jacopino di Cione, lui-même orfèvre, sculpteur, peintre, architecte et mosaïste, poète de surcroît s'il faut en croire Vasari, Andrea Orcagna est la plus forte personnalité de Florence au milieu du xive siècle. En tant que peintre, il se rattache, par l'intermédiaire de Bernardo Daddi, de Maso di Banco surtout, à la grande tradition giottesque : c'est d'elle que dérive l'ampleur des statures et des drapés, le hiératisme des visages dans le grand polyptyque du Christ en gloire entre des anges et des saints qu'Andrea peignit en 1354-1357 pour l'autel de la chapelle Strozzi à Sainte-Marie-Nouvelle. Dans la même chapelle, et durant les mêmes années, son frère Nardo di Cione exécutait les étonnantes fresques du Paradis et de l'Enfer qui constituent la première illustration monumentale du poème de Dante. En collaboration avec son autre frère Jacopo, Andrea Orcagna peignit le triptyque de la Pentecôte, le polyptyque de la Vierge à l'Enfant avec quatre saints (Académie), la Vierge à l'Enfant avec des anges (collection Kress, Washington), le polyptyque de Saint Matthieu (musée des Offices, Florence). Enfin, c'est avec Matteo qu'il se rend à Orvieto pour réaliser la mosaïque centrale de la façade de la cathédrale (1358). En 1359, Orcagna signe le tabernacle d'Or' San Michele à Florence en se proclamant « archimagister » de la chapelle. L'œuvre, enrichie d'un précieux revêtement de marbres colorés, toute fleurie de pinacles gothiques travaillés comme par un orfèvre — au-dessus de bas-reliefs évoquant la vie de la Vierge — montre ce que doit Orcagna, comme sculpteur, à son maître Andrea Pisano, mais trahit aussi sa sensibilité d'architecte à la cohérence formelle qui avait caractérisé l'art d'Arnolfo di Cambio.

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORCAGNA ANDREA DI CIONE dit (connu entre 1344 et 1368)  » est également traité dans :

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toscane/#i_14942

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « ORCAGNA ANDREA DI CIONE dit (connu entre 1344 et 1368) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/orcagna/