ONCLE BOONMEE, CELUI QUI SE SOUVIENT DE SES VIES ANTÉRIEURES (A. Weerasethakul)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Palme d'or à Cannes, inattendue mais finalement peu contestée, Oncle Bonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures (2010) appartient à une cinématographie qui nous est encore peu familière. Les studios thaïlandais produisent pourtant chaque année une cinquantaine de thrillers fantastiques assimilant le style et les thèmes des standards japonais et hongkongais. Parallèlement à ces divertissements populaires, quelques cinéastes indépendants tels que Pen-ek Ratanaruang et Aditya Asserat tentent de réaliser des films d'auteur dans un esprit comparable à celui des cinémas européens des années 1960-1970, mais généralement avec moins de réalisme psychologique. Dans ce même courant, les films d'Apichatpong Weerasethakul se distinguent par leur caractère contemplatif, voire hermétique pour les Occidentaux. En effet, la nature et la magie des croyances thaï occupent le cœur de sa création.

Né à Bangkok en 1970, fils de médecin, élevé à la campagne, Weerasethakul conduit des études d'art à Chicago. Durant les années 1990, il commence à réaliser des films expérimentaux. Son premier long-métrage – Mysterious Object at Noon (2000) – révèle un univers original bientôt remarqué par la critique internationale. Jolie curiosité douce et lente, Blissfully Yours (Sud Sanaeha, prix Un certain regard, festival de Cannes, 2002) s'attache à montrer les amours, flâneries et baignades, une après-midi en forêt, de deux Thaïlandaises et d'un réfugié birman atteint d'une étrange maladie de peau. Tropical Malady (Sud Pralad, prix du jury, festival de Cannes 2004) suit les traces d'un soldat abandonné par son amant qui s'enfonce dans la jungle à la recherche d'un tigre mythique. Le cycle des films de la forêt tropicale semble prendre fin avec Worldly Desires (moyen-métrage, 2005) qui s'achève sur l'épigraphe For memories of the jungle : 2001-2005. De fait, dans Syndromes and a Century (Sang Sattawat, 2006), les personnages évoluent d'abord dans un hôpital de campagne, avant de se retrouver dans un g [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « ONCLE BOONMEE, CELUI QUI SE SOUVIENT DE SES VIES ANTÉRIEURES (A. Weerasethakul) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oncle-boonmee-celui-qui-se-souvient-de-ses-vies-anterieures-a-weerasethakul/