OBLIGATION DE RÉSERVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En dehors de textes particuliers, et de date assez récente, concernant les magistrats, les membres du Conseil d'État, les fonctionnaires honoraires, les policiers et les militaires, l'obligation de réserve a été définie par la jurisprudence. D'une façon générale, elle apporte des limites à la liberté d'opinion des fonctionnaires, dont le principe, conforme à notre droit constitutionnel, est cependant garanti actuellement par l'article 13 de l'ordonnance du 4 février 1959, portant statut général des fonctionnaires.

Que ce soit dans l'exercice de ses fonctions ou en dehors de celles-ci, un fonctionnaire ne doit jamais se départir de la réserve à laquelle il est tenu dans l'expression de ses opinions. Il ne doit rien dire ni faire qui soit de nature à gêner le fonctionnement du service. C'est ainsi que la réserve exclut les propos injurieux ou les critiques sévères contre l'administration ou le gouvernement. Un fonctionnaire ne saurait, par exemple, participer aux luttes électorales avec une violence par trop incompatible avec cette réserve. Il ne saurait non plus divulguer publiquement les difficultés internes du service, encore moins les dissensions graves qui concernent ce dernier. Le Conseil d'État a ainsi estimé qu'en critiquant en termes désobligeants pour le président du tribunal une décision prise par celui-ci et relative à l'organisation du service, un magistrat n'a pas manqué à l'obligation de réserve ; en revanche, il a estimé qu'en participant à la diffusion de cette protestation auprès de la Chambre des avoués, ce même magistrat a cette fois manqué au devoir de réserve (Conseil d'État 1er décembre 1972, Delle Obrego).

L'obligation de réserve est d'autant plus stricte que le fonctionnaire est plus élevé dans la hiérarchie, ou qu'il se trouve à l'étranger quand il émet des propos hostiles à la politique gouvernementale française. Les titulaires d'emplois supérieurs, à la discrétion du gouvernement, sont tenus à cet égard à un véritable loyalisme politique. Cependant, la jurisprudence semble admettre que l'obligation de réserve du fonctionnaire dirigeant (et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : assistante en sciences juridiques à l'université de Paris-V-René-Descartes

Classification


Autres références

«  OBLIGATION DE RÉSERVE  » est également traité dans :

FONCTION PUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis de CORAIL, 
  • François GAZIER, 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 13 122 mots

Dans le chapitre « La limitation des droits individuels »  : […] Les fonctionnaires doivent accepter que certains des droits individuels dont ils peuvent se prévaloir en qualité de citoyens soient l'objet de restrictions. Ils ont revendiqué avec force et ténacité le droit de constituer des associations et des syndicats, dans lequel ils voyaient un moyen puissant pour défendre leurs intérêts professionnels. Les résistances exprimées par les États s'expliquent p […] Lire la suite

Les derniers événements

12-26 septembre 2007 • France • Polémique sur le recours aux tests ADN en matière de regroupement familial.

la modification du Code pénal qui réserve les tests ADN à des fins médicales, scientifiques ou judiciaires. Cette initiative provoque de vives critiques, jusque dans les rangs de la majorité et au sein même du gouvernement. Le 18, le Premier ministre François Fillon se déclare favorable à une [...] Lire la suite

1er-31 octobre 2001 • Afghanistan - États-Unis • Intervention militaire en Afghanistan et contamination par la maladie du charbon aux États-Unis.

compagnies aériennes. La veille, la Réserve fédérale avait annoncé la diminution d'un demi-point, à 2,5 p. 100, de son principal taux directeur. Le 4, l'O.T.A.N. approuve les demandes d'aide, principalement logistiques, formulées par Washington en application de l'article 5 de la charte [...] Lire la suite

18 mars 1991 • France • Révocation de l'inspecteur Antoine Gaudino.

Philippe Marchand, ministre de l'Intérieur, annonce la révocation de la police nationale de l'inspecteur Antoine Gaudino pour « manquement à l'obligation de réserve » et « violation du secret professionnel ». Il sanctionne ainsi la publication, en octobre 1990, d'un livre intitulé  [...] Lire la suite

12-30 octobre 1990 • France • Le climat politique alourdi par des « affaires ».

Le 12, l'inspecteur Antoine Gaudino, en poste à la police judiciaire de Marseille, est suspendu de ses fonctions pour « manquements graves à l'obligation de réserve » et « violation du secret de l'instruction ». Dans un livre intitulé Enquête impossible, le policier relance [...] Lire la suite

8 février 1981 • France • Révocation du juge Jacques Bidalou

l'obligation de réserve, des excès de pouvoir et des violations du principe de la séparation des pouvoirs. Le 12, le Syndicat de la magistrature lance un mot d'ordre de grève de vingt-quatre heures pour protester contre la révocation de Jacques Bidalou. Ce mouvement ne rencontre qu'un faible écho parmi les magistrats.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie GRUBER, « OBLIGATION DE RÉSERVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/obligation-de-reserve/