Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NOUVEAUX POÈMES, William Butler Yeats Fiche de lecture

Traduire l'Esprit du monde

Lorsque Yeats écrit les Nouveaux Poèmes, le temps de la fin est déjà venu, le havre de paix, Coole Park, le château de Lady Gregory, a été détruit par son nouveau propriétaire. Mais la mélancolie est combattue : « J'ai, moi, des mots qui peuvent transpercer un cœur. » Yeats proclame en guise de foi que « toutes nos paroles ou nos chants/ devaient venir d'un contact avec la terre et de ce contact [...] toute chose prenait sa force ». Les emprunts populaires sont intégrés à la célébration poétique, la croix de pierre, le fantôme rejoignent des images maîtresses : le lion, la vierge, la putain, l'aigle dans les airs qui fait chanter les Muses. L'évocation érotique ajoute la nécessaire touche de jubilation : « La semence [soupire] après la matrice » ; « Et j'oublie pour un moment/ Toute souffrance sur un sein de femme ». L'amour illustre ici l'un des aspects de la théorie des gyres où deux spires sont emboîtées sur elles-mêmes en sens inverse : l'une représente le règne de l'objectivité, l'autre celui de la subjectivité. Cette imagé clé, tirée du Timée de Platon symbolise pour Yeats le cours inéluctable de l'Histoire et son dynamisme : la création poétique aspire à traduire l'Esprit du Monde (Spiritus Mundi) où les images, comme entreposées, sont à même de nous faire saisir le sens intime du Mystère de la vie. Yeats considère à raison son époque comme un moment de discorde absolue. Il espère un changement, et, se retournant sur l'œuvre faite, se pose dans l'ultime poème du recueil la question essentielle : « Ai-je, en le mettant en mots,/ Gâté ce qui me vient des reins de mes ancêtres ?/ Des yeux devenus par la mort ceux de l'esprit peuvent juger,/ Moi, je ne le puis, mais je ne suis pas satisfait. » La modernité de Yeats tient autant à son style qu'à la puissance de sa vision, qu'elle soit historique ou poétique.

— Claude-Henry du BORD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de la philosophie, critique littéraire à Études, poète et traducteur

Classification

Pour citer cet article

Claude-Henry du BORD. NOUVEAUX POÈMES, William Butler Yeats - Fiche de lecture [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

T. S. Eliot et W. B. Yeats - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

T. S. Eliot et W. B. Yeats

Voir aussi