NOUAKCHOTT

carte : Mauritanie : carte administrative

Mauritanie : carte administrative

Carte administrative de la Mauritanie. 

Afficher

Modeste campement de 500 habitants en 1950, malgré l'implantation, dès 1903, d'un petit fort militaire français, Nouakchott est promue capitale de la Mauritanie en 1957 à la place de Saint-Louis (Sénégal). Dès lors, sa croissance démographique est extrêmement rapide (138 000 habitants en 1977, 393 000 en 1988, 835 000 estimés en 2006), alimentée par un très fort exode rural et la sédentarisation des nomades lors des épisodes de sécheresse (1970-1973 et 1983-1984), au point de concentrer, en 2006, plus du quart de la population du pays.

Construite à l'abri d'un cordon littoral (le Zbar), sur les dunes de l'Amoukrouz, la ville s'est étendue depuis le centre historique du Ksar (village entouré de murailles) sous la forme d'une étoile à cinq branches, mais dissymétrique au profit de l'est. À la différence des villes du Maghreb, l'organisation urbaine ne s'est pas faite à partir d'une médina centrée sur une mosquée, mais plutôt autour des nombreux marchés qui polarisent l'activité commerçante. Les quartiers du centre et de l'ouest ont été planifiés sous la forme de parcelles très régulières. Ils accueillent les fonctions traditionnelles d'une capitale politique et économique (palais présidentiel, ambassades, ministères, etc.), ainsi que les zones résidentielles des classes aisées. En revanche, l'urbanisation s'est faite de manière anarchique en périphérie, notamment au sud. Ces quartiers de bidonvilles (kébé) et de tentes sont dénués de voirie et d'équipements, et souffrent d'un très mauvais approvisionnement en eau.

Centrée essentiellement sur la satisfaction d'un marché national étroit, l'industrie est très peu présente. Les activités de commerce et de transit dominent donc dans le tissu économique, auxquelles s'ajoutent, depuis 1989, celles du port de l'Amitié, construit au sud-ouest de la capitale par les Chinois et qui est l'un des rares ports en eau profonde le long du littoral ouest-africain.

—  François BOST

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de géographie, maître de conférences à l'université Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  NOUAKCHOTT  » est également traité dans :

MAURITANIE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BALANS, 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Universalis
  •  • 10 129 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un milieu naturel dominé par le désert »  : […] La République islamique de Mauritanie, avec 1 025 520 kilomètres carrés, se situe au troisième rang des pays les plus grands d'Afrique occidentale, derrière le Niger et le Mali. Sa position entre le 15 e et le 27 e  degré de latitude nord en fait un pays de contact et de transition entre le désert saharien (70 p. 100 du territoire), au nord, et les steppes sahéliennes, au sud. La monotonie du rel […] Lire la suite

Les derniers événements

29 juin - 2 juillet 2018 Mali. Attentats islamistes à Sévaré et Gao.

Le 2 juillet, le président français Emmanuel Macron s’entretient avec ses homologues des pays membres du G5 Sahel – Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie – à l’occasion du sommet de l’Union africaine (UA) à Nouakchott, en Mauritanie. Le GSIM revendique l’attaque de la veille à Gao. […] Lire la suite

17 mars 2012 Libye. Arrestation d'Abdallah al-Senoussi

L'ancien chef des services de renseignement et beau-frère de Mu'ammar al-Kadhafi, Abdallah al-Senoussi, est arrêté à Nouakchott, en Mauritanie. La Libye et la Cour pénale internationale, devant laquelle il est poursuivi pour crimes contre l'humanité, réclament son extradition. La France, où il a été condamné par contumace à la prison à vie en mars 1999 pour sa responsabilité dans l'attentat perpétré en septembre 1989 contre un DC-10 d'U. […] Lire la suite

23-24 février 2010 Mali – France. Libération d'un otage français détenu par Al-Qaida

Alger et Nouakchott émettent des protestations. Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner avait effectué deux visites à Bamako pour tenter de trouver une issue favorable. Le 24, le président français Nicolas Sarkozy fait escale à Bamako, au cours de son voyage en Afrique, pour saluer la « grande détermination » du chef de l'État malien Amadou Toumani Touré. […] Lire la suite

8 août 2009 Mauritanie – France. Attentat contre l'ambassade de France à Nouakchott

Un attentat-suicide devant l'ambassade de France à Nouakchott fait trois blessés, dont deux gendarmes français. Revendiqué quelques jours plus tard par Al-Qaida au Maghreb islamique, cet attentat intervient un mois et demi après l'assassinat d'un Américain à Nouakchott – revendiqué par Al-Qaida – et trois jours après l'investiture du président Mohamed Ould Abdel Aziz, le général putschiste d'août 2008. […] Lire la suite

6-22 janvier 2009 Mauritanie. Annonce de la tenue d'une élection présidentielle

Le 6, les états généraux de la démocratie, qui réunissent depuis dix jours à Nouakchott les dirigeants de la junte au pouvoir, les partis politiques, les syndicats et des groupes de la société civile, décident d'organiser une élection présidentielle le 6 juin 2009. Le 22, l'ex-président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, renversé le 6 août 2008 et dont l'assignation à résidence a été levée en décembre dernier, annonce qu'il accepte le principe d'élections anticipées si les militaires quittent définitivement le pouvoir et restaurent la légalité constitutionnelle. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François BOST, « NOUAKCHOTT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nouakchott/