NGENY NOAH (1978- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 29 septembre 2000 à Sydney, l'athlète kenyan Noah Ngeny cause une grande surprise : il devient champion olympique du 1 500 mètres (3 min 32,07 s), en devançant au sprint le Marocain Hicham El Guerrouj.

Certes, Noah Ngeny n'était pas un inconnu. Il se révèle le 7 juillet 1999, en réalisant 3 min 43,40 s sur le mile, derrière Hicham El Guerrouj, qui bat ce jour-là le record du monde (3 min 43,13 s). Le 24 août 1999, il est vice-champion du monde du 1 500 mètres (3 min 28,73 s), encore derrière El Guerrouj. Le 9 septembre 1999 à Rieti, il bat le record du monde du 1 000 mètres (2 min 11,96 s).

Mais comment imaginer une défaite d'Hicham El Guerrouj ? Depuis 1996, le Marocain ne s'est incliné que deux fois en cinquante-trois courses : la première en chutant lors de la finale du 1 500 mètres lors des jeux Olympiques d'Atlanta en 1996 ; la seconde, lors de la finale du Grand Prix, en fin de saison 1997, un 1 500 mètres tactique gagné par le Danois Robert Kiplagat en... 4 min 5 s !

Lors de ce 1 500 mètres olympique, le Marocain Baba, à la manière des « lièvres » des meetings, lance la course pour Hicham El Guerrouj, qui attaque dans l'avant-dernier tour, mais se fait déborder dans les ultimes longueurs par Noah Ngeny. Le prince du demi-fond a trouvé son maître.

—  Pierre LAGRUE

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « NGENY NOAH (1978- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noah-ngeny/