NĀGALAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des plus petits États de l'Inde, le Nāgaland comptait 1 990 000 habitants en 2001, pour une superficie de 16 527 kilomètres carrés. Situé dans les montagnes des confins indo-birmans, région isolée, complexe, et faiblement peuplée, l'État de Nāgaland ne fait partie de la république de l'Inde que parce que les Britanniques avaient étendu leur expansion militaire vers les crêtes pour contrôler la frontière birmane, zone d'insécurité. Ainsi se sont trouvées rattachées à l'Inde des populations très originales, profondément différentes de celles des plaines. Elles ont eu un certain mal à obtenir leur autonomie dans le cadre de l'Union indienne. C'est seulement en 1963, et après de longs troubles, que le Nāgaland a été érigé en État de l'Union. En 2004, des attentats indépendantistes ont fait de nombreuses victimes.

Inde : carte administrative

Inde : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Inde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

On désigne sous le nom de Nāga un groupe de seize tribus principales qui ne connaissent pas le système des castes et qui ont abandonné leur religion traditionnelle, très différente de l'hindouisme, pour se convertir au christianisme. Là s'arrêtent leurs traits culturels communs, puisque chacune a sa langue et son organisation sociale.

Le Nāgaland est constitué d'alignements montagneux nord-sud, dépassant largement 2 000 mètres et culminant à 3 826 mètres (mont Saramati). Ces montagnes sont très arrosées, et couvertes de forêts denses (21 p. 100 du territoire). Près de la moitié de la surface n'est pas mise en culture, ce qui est encore un trait d'originalité pour l'Inde. Beaucoup de tribus pratiquent le système de la culture jhum, c'est-à-dire un système à longue jachère. Le sol est défriché par la hache et par le feu, puis cultivé pendant trois ans avant de retourner à la jachère pendant huit ou dix ans. Les premières années, la fertilité est suffisante pour qu'on puisse cultiver du riz sous pluie, mais, avant l'abandon, on obtient encore une récolte de céréale moins exigeante, maïs ou millet.

Quelques groupes, notamment dans le Sud, ont cependant aménagé en ter [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NAGALAND  » est également traité dans :

NĀGA

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 381 mots

Habitant les collines Nāga qui séparent la Birmanie de l'État indien de l'Assam, les Nāga constituent un groupe de quinze tribus au moins possédant des caractères physiques et culturels fort variés. Les nombreuses langues nāga, monosyllabiques et polytonales, appartiennent au groupe tibéto-birman ; à l'intérieur des différentes aires linguistiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naga/#i_30263

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « NĀGALAND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nagaland/