BOUNTY MUTINERIE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Bounty, vaisseau britannique commandé par un ancien officier de Cook, le lieutenant William Bligh, était venue chercher à Tahiti en 1789 des plants d'arbre à pain pour les colonies anglaises des Antilles. Le 29 avril, une mutinerie éclata à bord. Les causes en ont été discutées : il est possible que l'autorité de Bligh, exercée sévèrement, ait été contestée par certains de ses officiers. L'un deux, Fletcher Christian, suivi de quelques autres, se débarrassa de Bligh et de dix-huit de ses hommes en les abandonnant en pleine mer à bord d'une chaloupe. Après une traversée de plus de 5 000 kilomètres, la chaloupe réussit à gagner l'île de Timor le 12 juin, tandis que Fletcher Christian ramenait la Bounty à Tahiti, espérant s'y établir avec les mutins. Le projet échoua en partie puisque seulement seize mutins restèrent à Tahiti ; les autres, au nombre de vingt-sept Européens et dix-huit Tahitiens et Tahitiennes, Fletcher en tête, durent repartir pour atteindre une île, inconnue des cartes maritimes de l'époque, celle de Pitcairn, dans laquelle ils établirent une colonie. En 1791, Bligh ayant survécu, la frégate Pandora commandée par le capitaine Edward est envoyée dans les mers du Sud à la recherche des mutins. Ceux qui étaient restés à Tahiti, vivant dans l'entourage du roi Pomaré Ier, sont livrés par celui-ci. Le retour en Angleterre est mouvementé et la Pandora fait naufrage près de l'Australie. Parmi les survivants, arrivés en Angleterre et traduits en justice, cinq seront acquittés, deux bénéficieront des circonstances atténuantes, et les trois derniers seront pendus. Quant à Fletcher Christian et à ses compagnons, ils s'entretuèrent et il ne resta qu'un survivant mâle, Alexander Smith, sur l'île de Pitcairn. La colonie demeura dans l'île jusqu'en 1831, date à laquelle elle fut ramenée à Tahiti. Un des officiers de la Bounty a écrit un Journal qui, le premier, a fourni une documentation précieuse sur la société et l'histoire de l'île de Tahiti (Société des océanistes, Paris, 1966). Mark Twain a repris le thème de cette mutinerie dans l'une de ses nouvelles.

—  Claude ROBINEAU

Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'O.R.S.T.O.M., chercheur au centre O.R.S.T.O.M. de Papeete

Classification


Autres références

«  BOUNTY MUTINERIE DE LA  » est également traité dans :

OCÉANIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 7 524 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aventuriers et trafiquants »  : […] Immédiatement après les découvreurs, qui en général ne firent que passer dans les îles, apparurent des aventuriers et des trafiquants au premier rang desquels figuraient les matelots désertant des navires de passage : ils furent souvent bien accueillis par les indigènes dans la mesure où ils apportaient la connaissance des techniques, notamment mi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-histoire/#i_45143

Pour citer l’article

Claude ROBINEAU, « BOUNTY MUTINERIE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mutinerie-de-la-bounty/