MULTATULI (1820-1887)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Eduard Douwes Dekker, surtout connu sous le pseudonyme de Multatuli (en latin, « J'ai beaucoup supporté »), dut, en grande partie, son inspiration et sa gloire aux épreuves qui lui advinrent durant son séjour aux Indes néerlandaises.

L'amertume de ses déboires, jointe à une vision assez réaliste de l'envers de l'entreprise hollandaise en Extrême-Orient, a fait de lui un précurseur de la littérature anticolonialiste. Il est, en fait, le premier auteur de ce genre dans les lettres néerlandaises. À ce titre, son Max Havelaar demeure à la fois comme un type et un drapeau.

Une existence houleuse

Eduard Douwes Dekker naquit à Amsterdam, où il demeura jusqu'en 1838. Élevé dans une famille mennonite, il abandonna tôt le gymnase pour se retrouver employé de bureau. À dix-huit ans, il accompagna son père et son frère Jan aux Indes néerlandaises (l'actuelle Indonésie). Il travailla successivement à la Cour des comptes de Batavia, à Natal (Sumatra) où il fut congédié et interné, à Padang, à Poerworedjo (Java), devint secrétaire de résidence à Menado (Célèbes), puis vice-résident à Ambon. Entre-temps, il avait épousé Huberte van Wijnbergen (la « Tine » du roman de Max Havelaar). En 1852, un congé lui permet de rentrer au Pays-Bas, où naît son fils Eduard (le petit Max dans Max Havelaar). Il prolonge son séjour jusqu'à ce que les dettes contractées au jeu l'obligent à repartir en 1856. Le gouverneur général, qui appréciait « le bon cœur de Dekker à l'égard des insulaires », le nomma, sans consulter le Conseil des Indes, vice-résident sous les ordres de C. P. Brest van Kempen (Slijmering dans Max Havelaar), à Lebak, région pauvre et sans cesse troublée de Java-Ouest. C'est là que se joua en trois mois l'« affaire Lebak », lutte de justice contre l'exploitation à laquelle le régent de l'endroit soumettait ses frères de race, avec la tolérance, voire la complicité, du résident, et qui aboutit à rayer Dekker des services de l'État. Refusant d'être déplacé, il rentra en Europe. Après quelque temps d'errance, il se fixe à Bruxelles où il termine, en 1859, son premier roman et chef-d'œuv [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur ordinaire à l'Université catholique de Louvain (Belgique)

Classification


Autres références

«  MULTATULI (1820-1887)  » est également traité dans :

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 852 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une période hybride »  : […] Historiquement, il est impératif de savoir que la Flandre s'émancipe en 1830 de la tutelle du Nord. Dans le domaine littéraire, le xix e  siècle se caractérise par un mélange de romantisme et de réalisme. Ainsi, les premiers poèmes de Nicolaas Beets (1814-1903) portent-ils encore la marque du romantisme, tandis que sa prose ultérieure, comme la Ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-neerlandaise-et-flamande/#i_11592

Pour citer l’article

Marcel JANSSENS, « MULTATULI (1820-1887) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/multatuli/