MOSTAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mostar est une ville de la Bosnie-Herzégovine et la capitale historique de l'Herzégovine. Située au sud du pays, dans une région montagneuse, elle est traversée par la Neretva et se trouve sur la ligne ferroviaire qui relie Sarajevo à Ploče. Attestée pour la première fois en 1452, la ville doit son nom à son pont, le mot most signifiant « pont » en serbo-croate. Au xvie siècle, Mostar devint une garnison turque. En 1566, les Turcs remplacèrent le pont suspendu en bois par un pont de pierre reposant sur une seule arche de 27,30 mètres d'ouverture et de 20 mètres de hauteur. Ce chef-d'œuvre de l'ingénierie ottomane fut détruit en novembre 1993, lors de la guerre civile par des tirs de l'artillerie croate de Bosnie. Il a été reconstruit sous l'égide de l'U.N.E.S.C.O., à l'instar des bâtiments voisins, et ouvert à la circulation en 2004. L'année suivante, la ville fut inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'U.N.E.S.C.O.

Ancien centre artisanal et commercial, Mostar possède un bazar de chaudronnerie restauré qui attire les touristes. Sous la domination austro-hongroise (1878-1918), elle abrita des poètes et des érudits serbes ainsi qu'un puissant mouvement nationaliste.

La région est connue pour ses vins fins (zilavka et blatina), son tabac, ses fruits et ses légumes. Au sud de Mostar, la ville de Pocitelj se distingue par son architecture musulmane avec sa mosquée, sa madrasa et ses maisons turques. Une usine d'aluminium, construite en 1976 et alimentée par une centrale hydroélectrique voisine, transforme la bauxite extraite localement. L'université de Mostar a été fondée en 1977. La population de la ville était de 63 500 habitants en 2005.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  MOSTAR  » est également traité dans :

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 482 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un peuplement chamboulé par la guerre »  : […] Le recensement de la population effectué en 2013, le premier de l’après-guerre, dénombre 3 531 000 habitants (contre 4 377 000 en 1991), soit une densité de population de 68,9 habitants/km². Ce chiffre inclurait cependant 200 000 citoyens résidant à l’étranger. La Bosnie-Herzégovine aurait donc perdu un quart de sa population depuis l’éclatement de l’ex-Yougoslavie. Les trois communautés officiel […] Lire la suite

Les derniers événements

Macédoine. Mort du président Boris Trajkovski. 26 février 2004

Le président Boris Trajkovski, élu en novembre 1999, est tué dans la chute de son avion près de Mostar, en Bosnie-Herzégovine. La demande officielle d'adhésion de son pays à l'Union européenne, qu'il venait de signer, est présentée le jour même à Dublin. […] Lire la suite

France – Bosnie-Herzégovine. Visite du président Jacques Chirac en Bosnie-Herzégovine. 6-7 avril 1998

Sarajevo, devant une assemblée de jeunes, il prône la réconciliation et la restauration d'une Bosnie pluriculturelle et unie. Il affirme l'ancrage de la Bosnie en Europe en déclarant qu'elle « a vocation à rejoindre, demain, la grande famille européenne ». Jacques Chirac rend ensuite visite au contingent français stationné à Mostar. […] Lire la suite

Bosnie-Herzégovine. Accord à Mostar et dissolution de la « république d'Herzeg-Bosna ». 6-31 août 1996

Le 6, Croates et Musulmans parviennent, sous l'égide de l'Union européenne, à un accord sur le partage du pouvoir à Mostar où les premiers refusaient de reconnaître les résultats de l'élection municipale de juin, favorables aux seconds. Le texte prévoit la désignation d'un maire croate et d'un […] Lire la suite

Bosnie-Herzégovine. Retrait de Radovan Karadzić de la vie politique. 11-24 juillet 1996

européen de la ville de Mostar, le Britannique Martin Garrod, menace de quitter la ville si les Croates persistent à ne pas reconnaître le résultat des élections municipales du 30 juin. La liste du maire bosniaque l'avait emporté sur celle du maire croate séparatiste – deux municipalités régissaient […] Lire la suite

Bosnie-Herzégovine. Difficultés dans l'application des accords de Dayton. 3-29 février 1996

qu'elles respecteront la décision du Tribunal pénal international (T.P.I.) concernant ces suspects. En réaction, Pale suspend tout contact avec Sarajevo. Le 7, l'administrateur européen de Mostar, Hans Koschnik, est violemment pris à partie par des manifestants nationalistes croates après avoir présenté le plan […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MOSTAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mostar/