CALLAGHAN MORLEY (1903-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier et nouvelliste canadien d'expression anglaise, Morley Callaghan a cherché sans cesse dans son œuvre à lier vie spirituelle et vie matérielle.

Morley Edward Callaghan naît dans une famille catholique le 22 septembre 1903 à Toronto, en Ontario. Il fréquente l'université de sa ville natale, où il obtient une licence en 1925, puis l'Osgoode Hall School of Law, dont il sort diplômé en 1928. Il n'exercera jamais le droit, préférant se consacrer à temps plein à l'écriture à la fin de ses études. Dès 1929, la critique accueille favorablement les nouvelles publiées sous le titre A Native Argosy. Parmi les autres recueils, citons Morley Callaghan's Stories (1959) et No Man's Meat and The Enchanted Pimp (1978).

Strange Fugitive (1928), premier d'une dizaine de romans, décrit la destinée d'un inadapté social, devenu bootlegger, dans le Toronto des années 1920. Les romans de l'écrivain canadien vont faire une large place aux questions de moralité et de classe sociale, et présentent par la suite de plus en plus l'amour chrétien comme une réponse à l'injustice sociale, une conception que l'on retrouve notamment dans Such Is My Beloved (1934, Telle est ma bien-aimée), They Shall Inherit the Earth (1935), The Loved and the Lost (1951) et A Passion in Rome (1961, Cette Belle Faim de vivre). À l'exception de l'ouvrage pour enfants Luke Baldwin's Vow (1948, La Promesse de Luke Baldwin), Morley Callaghan publie peu dans les années 1940, préférant l'écriture dramaturgique et la collaboration avec la Société Radio-Canada. Sa bibliographie ultérieure est marquée par des œuvres telles que That Summer in Paris (1963, Cet Été-là à Paris), dans laquelle il relate son séjour dans la capitale française en 1929 ainsi que sa fréquentation de Francis Scott Fitzgerald, Ernest Hemingway et James Joyce, et A Fine and Private Place (1975, Clair obscur), où il relate la vie d'un écrivain qui cherche la reconnaissance artistique dans son propre pays. Le personnage de l'écrivain vieillissant réapparaît dans Wild Old Man On the Road (1988, Un vieux renard en cavale). Le critique Edmund Wilson, qui voyait en Callaghan un auteur injustement négligé, le comparait à Tchekhov et Tourgueniev. Morley Callaghan meurt le 25 août 1990 à Toronto.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CALLAGHAN MORLEY (1903-1990)  » est également traité dans :

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 024 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le réalisme »  : […] L'une des figures principales du courant réaliste qui se développa à la suite du darwinisme et du positivisme était Frederick Philip Grove (1879-1948), un expatrié allemand qui s'établit dans les prairies, et entreprit de peindre la vie des immigrants, obligés de défricher la terre et de lutter contre un climat hostile. Ses romans du terroir, Sett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-arts-et-culture/#i_2072

Pour citer l’article

« CALLAGHAN MORLEY - (1903-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/morley-callaghan/