MOGADISCIO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Somalie : carte administrative

Somalie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mogadiscio, Somalie

Mogadiscio, Somalie
Crédits : J. Cendon/ AFP/ Getty

photographie


Mogadiscio (Xamaar en somali), capitale de la région du Bénadir, devint le chef-lieu de la Somalie italienne en 1889. Elle fait partie des ports fondés, au xe siècle, par les Omanais pour commercer avec la Corne de l'Afrique (encens, céréales, coton, esclaves). Visité par les Chinois au xve siècle, le port fut bombardé par les Portugais en 1499, puis contrôlé par l'Oman à la fin du xviie siècle. Après leur installation, les Italiens construisirent le port et lancèrent, au milieu des années 1920, un grand programme d'urbanisme qui manifestait leur emprise coloniale. Avec la conquête italienne de l'Éthiopie en 1935-1936, Mogadiscio rétrograda au rang de chef-lieu du gouvernement de l'Impero. Prise, presque sans combat, par les Britanniques en 1941, elle redevint, en 1950, la capitale de l'administration fiduciaire italienne de la Somalie jusqu’à l’indépendance, en 1960, de la Somalie. Une importante minorité italienne et italo-somalienne demeura dans la ville jusqu'au coup d'État de Mohamed Siyad Barre en 1969 qui nationalisa les entreprises étrangères. Les proches du régime investirent alors les quartiers européens, tombés en décrépitude, alors que, fuyant la sécheresse et la guerre des années 1970, des milliers de cultivateurs et d'éleveurs se réfugiaient à la périphérie de la ville. Siyad Barre, surnommé le « maire de Mogadiscio », ne régnait plus que sur la capitale qui devint l'enjeu de la guerre civile (1988-1991). Deux millions de personnes déplacées par la violence assistèrent aux combats qui suivirent l'intervention des marines en 1992. Ils ont subi, au milieu des ruines, les affrontements meurtriers entre les seigneurs de guerre et, de juin 2006 à janvier 2007, la rude férule des tribunaux islamistes. Depuis 2007, la ville est un champ clos où s’affrontent l’armée éthiopienne, soutien du gouvernement provisoire somalien, et les miliciens islamistes. Le port est bloqué, faute d’entretien, l’activité commerciale se trouve réduite au minimum vital, mais les trafics en tout genre prolifèrent.

Somalie : carte administrative

Somalie : carte administrative

carte

Carte administrative de la Somalie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Mogadiscio, Somalie

Mogadiscio, Somalie

photographie

La ville de Mogadiscio est un champ de ruines où s'affrontent, depuis 2007, les forces de l'Union africaine et le gouvernement somalien d'un côté et les milices islamistes de l'autre. Ici, vue du quartier général de la Mission de l'Union africaine en Somalie. 

Crédits : J. Cendon/ AFP/ Getty

Afficher

—  Alain GASCON

Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut français de géopolitique de l'université de Paris-VIII, membre du Centre d'études africaines, C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, chargé de cours à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  MOGADISCIO  » est également traité dans :

SOMALIE

  • Écrit par 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Francis SIMONIS
  •  • 10 584 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Situation après l’intervention éthiopienne »  : […] Depuis le conflit qui les a opposés dans l’Ogaden en 1977-1978, l’Éthiopie considère son voisin somalien comme un ennemi potentiel dont il importe de diminuer la puissance. Soutenue par les États-Unis, elle intervient donc militairement à la fin de 2006, convaincue que les islamistes radicaux sont sur le point de prendre le pouvoir à Mogadiscio. La violence aveugle de son intervention qui cible i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/somalie/#i_96818

Pour citer l’article

Alain GASCON, « MOGADISCIO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mogadiscio/