MISE AU POINT DE LA LAMPE DE SÉCURITÉ POUR LES MINEURS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un problème de sécurité dans la mine

Avec l’important essor de l’exploitation des mines de charbon au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, la question de la sécurité devient une préoccupation primordiale, les explosions se révélant de plus en plus fréquentes. En Angleterre et en Belgique notamment, les autorités cherchent à trouver des solutions à ce problème. Plusieurs concours sont lancés en Belgique, à Liège en 1783 et 1787, puis à Mons en 1809. De même, à la suite du décès de 92 hommes et jeunes garçons dans une explosion de mine près de Newcastle upon Tyne, une société pour la prévention des accidents dans les mines – Society for Preventing Accidents in Coal Mines – est créée en Angleterre en 1813 à l’initiative du métallurgiste James John Wilkinson. En 1815, cette association décide de faire appel à sir Humphry Davy, chimiste réputé, de retour en Angleterre après deux années passées notamment en France et en Italie, pour trouver une solution. En s’appuyant sur l’étude des causes des explosions et sur ses travaux précédents sur les gaz, il propose rapidement une lampe de sécurité qui, en quelques années, sera utilisée dans la plupart des mines.

Lampes de sécurité pour les mineurs

Lampes de sécurité pour les mineurs

Photographie

C'est le chimiste et physicien britannique Humphry Davy (1778-1829) qui conçut la première lampe de sécurité pour les mineurs en 1816. Divers modèles furent ensuite fabriqués : à droite, une lampe Davy et, à gauche, trois modèles conçus par George Stephenson.  

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Tout d’abord, Davy parvient à préciser la nature du grisou qui provoque les explosions : il s’agit d’un mélange d’air et de méthane. Fortement inflammable, ce mélange est d’autant plus dangereux qu’il est léger et inodore et que les lampes à flamme nue peuvent facilement le faire exploser dans les galeries des mines. Constatant que la combustion explosive de grisou ne se propage pas à travers des tubes étroits, il met au point une lampe dont la flamme, alimentée par de l’huile, est isolée du milieu ambiant par une grille métallique à maille fine et ne peut donc se propager à l’extérieur. Par ailleurs, ce tamis métallique permet de faire chuter notablement, autour de la lampe, la température produite par la flamme. Cette première lampe est constituée d’un réservoir à huile fixé au chapeau de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Voir aussi

ACCIDENTS    INDUSTRIE DU CHARBON    EXPLOSION    GRISOU    MINES & CARRIÈRES    SÉCURITÉ

Pour citer l’article

Bruno JACOMY, « MISE AU POINT DE LA LAMPE DE SÉCURITÉ POUR LES MINEURS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mise-au-point-de-la-lampe-de-securite-pour-les-mineurs/