RADNÓTI MIKLÓS (1909-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le souvenir, l'angoisse et l'appel de la mort composent la vie et la poésie de Miklós Radnóti. Il n'y a peut-être aucun autre poète hongrois qui ait identifié si étroitement la vocation de l'écrivain à celle du martyr. « Quelque chose dont on ne peut parler que dans des poèmes » commence pour lui lorsqu'il apprend l'histoire de sa mère et de son frère jumeau, morts à sa naissance. Il parle de cette « expérience » déterminante dans l'émouvant récit autobiographique, Ikrek hava, 1940 (Le Mois de gémeaux).

Malgré ou à cause de son origine juive, ses premiers poèmes évoquent un certain christianisme païen, mais il y a autant de provocation dans ceux-ci que de recherche d'une voix propre, libérée des influences de Baudelaire ou de Endre Ady. L'expressionnisme et le vers libre s'accommodent tant bien que mal de l'amour chanté dans le paysage idyllique, encore rarement perturbé. L'assombrissement de l'horizon politique est marqué par la saisie de Újmódi pásztorok éneke, 1931 (Chant de pasteurs à la mode nouvelle). Malgré son doctorat obtenu à Szeged en 1934, Radnóti ne pourra jamais enseigner le français ou les lettres. Il recourt, comme par réaction aux menaces extérieures, à une poésie de plus en plus disciplinée par la forme classique : les rimes apparaissent dans Újhold, 1935 (Nouvelle Lune). Sa technique de représentation des sentiments par l'image microscopique du paysage s'affine dans Járkálj csak halálraítélt !, 1936 (Avance, condamné à mort...).

Les mouvements du Front populaire, les voyages à Paris sont les dernières sources d'espoir « d'un beau trépas plus subtil ». Mais en 1938, dans La Route abrupte, l'ultime volume paru de son vivant, Radnóti prévoit déjà que Federico García Lorca assassiné et Attila József, qui s'est suicidé, ne font que le précéder dans la souffrance et la mort. Le pressentiment devient certitude. Il combat pourtant en traduisant les Fables de La Fontaine, les poèmes d'Apollinaire, de Francis Jammes, etc. Son choix est toujours en rapport avec sa propre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « RADNÓTI MIKLÓS - (1909-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/miklos-radnoti/