GEE MAURICE (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain néo-zélandais peu versé dans l'innovation technique, Maurice Gee est l'auteur de romans réalistes, de conception traditionnelle. En faisant apparaître sans aucune concession les travers de la culture néo-zélandaise, il offre à ses compatriotes une vision plus complète de leur identité et de leur société que ne l'avaient fait la plupart des autres ouvrages de fiction.

Maurice Gee naît le 22 août 1931 à Whaketane, dans l'île du Nord. Après avoir terminé ses études à l'université d'Auckland et dans un institut de formation des enseignants, il exerce ce métier et divers autres de 1955 à 1965. Il travaille comme bibliothécaire les dix années suivantes, avant de se consacrer à temps plein dans l'écriture à partir de 1976.

Ses œuvres de fiction se concentrent sur la société provinciale néo-zélandaise, en particulier les hommes, qu'il dépeint comme des buveurs de bière invétérés, obsédés par le rugby et les courses. Quant aux relations entre les sexes, elles apparaissent déformées par les contraintes personnelles et les attentes de la société. C'est dans ce cadre que se déroulent son premier roman, The Big Season (1962), ainsi que le recueil de nouvelles A Glorious Morning, Comrade (1975). Gee est surtout connu pour la trilogie Plumb, qui étudie la vie d'une famille néo-zélandaise sur trois générations. Le premier opus, Plumb (1978), couvre la période allant des années 1890 à 1949 ; le récit s'inspire de la carrière du grand-père de l'auteur, ministre du culte presbytérien condamné pour hérésie par son Église et emprisonné pour sédition par l'État. Comme dans les volumes suivants de la trilogie, le narrateur de Plumb est le personnage principal, qui mêle dans son récit histoire, passé personnel et présent narratif. Les deux opus suivants, qui font progresser l'intrigue jusque dans les années 1980, sont intitulés Meg (1981) et Sole Survivor (1983). Parmi la bibliographie ultérieure de Maurice Gee, mentionnons Prowlers (1987), The Burning Boy (1990), Going West (1992), Crime Story (1994), Loving Ways (1996), Live Bodies (1998) et Blindsight (2005). Dans le sillage de Tolkien, l'écrivain publie également des ouvrages de fantasy très populaires auprès des jeunes lecteurs. Ainsi de la trilogie que constituent The Halfmen of O (1982), The Priests of Ferris (1984) et Motherstone (1985).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  GEE MAURICE (1931- )  » est également traité dans :

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 861 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De « l'homme seul » à la création poétique »  : […] Outre Katherine Mansfield, la fiction néo-zélandaise est fortement marquée par la figure de Frank Sargeson (1903-1982) qui, dès les années 1930, publie des nouvelles elliptiques qui privilégient le point de vue d'un homme fruste, dont la langue allusive et limitée suggère plutôt qu'elle n'exprime une émotivité jalousement contenue. Le contraste entre la violence des faits racontés et l'apparent dé […] Lire la suite

Pour citer l’article

« GEE MAURICE (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-gee/