KÉRÉKOU MATHIEU (1933-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathieu Kérékou est une figure centrale de la vie politique du Bénin, dont il fut le chef de l’État pendant près de trois décennies, d’abord à la tête d’un État autoritaire, puis comme président démocratiquement élu d’un régime devenu pluraliste.

Mathieu Kérékou

Mathieu Kérékou

Photographie

Tour à tour putschiste, dirigeant marxiste-léniniste, converti aux vertus de la démocratie, pasteur évangélique, le président du Bénin Mathieu Kérékou était surnommé le « caméléon » (ici lors du premier tour de l’élection présidentielle de mars 2006, à l’issue de laquelle il... 

Crédits : E. C. Ahounou/ AFP photo

Afficher

Celui qui fut au cœur des luttes de pouvoir pendant près de cinquante ans est vraisemblablement né en 1933 dans le nord-ouest du pays, alors colonie française du Dahomey, dans la région de l’Atakora, vaste zone peu développée et marginalisée du fait de son éloignement des centres du pouvoir colonial. Né d’un père inconnu, il passe les premières années de sa vie avec sa famille maternelle dans le village de Kouarfa. Son enfance est rurale et modeste, mais, à l’âge de dix ans, il entre à l’école régionale de Natitingou, seule école primaire de toute la région. C’est à cette époque que celui qui s’appelle Chaad est baptisé sous le prénom catholique de Mathieu. Engagé volontaire au sein des enfants de troupe, il suit une longue formation militaire qui l’amène en dehors du Dahomey. En 1958, il parachève ce parcours à l’École de formation des officiers de Fréjus en France. Il rentre au Dahomey en 1961, quelques mois après l’accession du pays à l’indépendance. Il intègre alors l’armée nationale et devient l’aide de camp du premier président de la République, Hubert Maga.

Durant une décennie, Mathieu Kérékou se trouve aux premières loges pour observer la succession de coups d’État et de changements constitutionnels qui affectent le Dahomey. Il est même actif dans le coup d’État de décembre 1967. Mais c’est le 26 octobre 1972 qu’il fait son entrée sur le devant de la scène, en participant au renversement du Conseil présidentiel.

Le capitaine Kérékou, faisant partie du groupe des officiers putschistes qui s’empare du pouvoir, est désigné pour en être le chef de file. Propulsé ainsi aux avant-postes, il devient le nouvel homme fort du pays. Le 30 novembre 1972, c’est lui qui prononce le discours-programme, aux accents nationalistes et anti-impérialistes, vécu comme l’événement fondateur du régime m [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : chercheur associé au laboratoire Les Afriques dans le monde, Sciences Po Bordeaux

Classification


Autres références

«  KÉRÉKOU MATHIEU (1933-2015)  » est également traité dans :

BÉNIN

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Normalisation politique et aspirations au changement »  : […] Loin d'avoir été une trajectoire linéaire, le processus de démocratisation au Bénin a donc connu une succession de crises et de phases de tension au cours desquelles le pays a souvent failli basculer dans la violence. Chaque scrutin se déroula dans l'incertitude. Ce fut le cas en 1991 et 1996, mais aussi en 2001, lors de l'élection présidentielle qui vit à nouveau s'affronter Nicéphore Soglo et M […] Lire la suite

Pour citer l’article

Cédric MAYRARGUE, « KÉRÉKOU MATHIEU - (1933-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mathieu-kerekou/