MARZIEH (1924-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Marzieh fut, de la fin des années 1940 jusqu'à la révolution islamique de 1978-1979, l'une des grandes interprètes des chants classiques persans et des chansons modernes iraniennes. Décidant de s'exiler en 1994, cette icône de l'opposition au régime théocratique chanta souvent des textes chargés de messages politiques.

Achraf al-Sadat Mortezaï (Ashraf al-Sadat Morteza’i) est né en 1924 à Téhéran. Son père, religieux modéré, et sa mère, issue d'une famille d'artistes, l'encouragent dans la voie musicale. Adoptant pour nom de scène Marzieh, la jeune chanteuse démarre sa carrière lyrique au début des années 1940, sur les ondes de la radio de sa ville natale. Dotée d'une voix de mezzo-soprano, elle incarne en 1942, au pied levé, l'héroïne de l'opérette persane Shirin et Farhad. Elle se produit par la suite devant des chefs d'État – la reine Élisabeth II, le général de Gaulle, le chancelier Adenauer, le président Nixon... – et chante à l'occasion du mariage du shah d'Iran et de Farah Diba, en 1959. Quand l'ayatollah Khomeyni arrive au pouvoir en Iran en 1979, Marzieh est contrainte au silence. Elle quitte son pays pour la France en 1994 et s'engage aux côtés des Moudjahidin du peuple, groupe principal du Conseil national de la résistance iranienne. Elle reprend alors sa carrière musicale à l'occasion d'un grand concert donné au Royal Albert Hall de Londres, en 1995. Certains membres de la communauté artistique critiquent alors la tonalité politique de ses chansons, y voyant la propagande des Moudjahidin. La chanteuse se produit une dernière fois sur scène en 2006, à Paris. Elle meurt dans la capitale française, le 13 octobre 2010.

—  Patricia BAUER, Universalis

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Patricia BAUER, « MARZIEH (1924-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marzieh/