ROBINSON MARY (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Présidente de la république d’Irlande de 1990 à 1997.

Mary Robinson, née Mary Teresa Winifred Bourke le 21 mai 1944 à Ballina (Mayo), étudie au Trinity College et à l'école du barreau King's Inns de Dublin, puis à l'université Harvard aux États-Unis. Professeur de droit pénal et de droit constitutionnel ainsi que de droit de la preuve au Trinity College de 1969 à 1975, elle enseigne ensuite le droit communautaire jusqu'en 1990. Brillante juriste et célèbre championne des droits de l'homme, elle est élue à la Royal Irish Academy et fait partie de la Commission internationale des juristes, à Genève, de 1987 à 1990. Mary Robinson siège au Sénat (Seanad Eireann), où elle représente la circonscription de Trinity College de 1969 à 1989. Elle est choisie comme chef de file parlementaire (whip) du Labour mais elle quitte le Parti travailliste après la signature de l'accord anglo-irlandais de 1985 qui, à ses yeux, ignore les objections unionistes. Membre du conseil municipal de Dublin de 1979 à 1983, Robinson se présente en vain dans la capitale aux élections législatives de 1977 et de 1981.

Candidate désignée par le Parti travailliste et soutenue par les Verts et le Parti ouvrier, Mary Robinson devient en 1990 la première présidente de la république d'Irlande. Elle doit son élection à la mobilisation des électeurs libéraux avec une frange plus conservatrice, opposée au Fianna Fáil. Durant son mandat, Mary Robinson joue un rôle beaucoup plus affirmé que ses prédécesseurs et fait tout son possible pour donner une image plus moderne de l'Irlande. Défenseur acharnée des droits de l'homme, elle est la première des chefs d'État à se rendre en Somalie après la guerre civile et la famine qui sévissent en 1992, la première aussi à aller au Rwanda après le génocide de 1994. Elle démissionne de la présidence en septembre 1997, peu de temps avant la fin de son mandat, pour prendre le poste de haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme, qu'elle conservera jusqu'en 2002. Mary Robinson choisit de mettre davantage l'accent sur la promotion des droits de l'homme à l'échelon national et régional. Elle est ainsi le premier haut-commissaire à se rendre en Chine et tente d'améliorer le suivi des droits de l'homme au Kosovo. En 2001, Mary Robinson est secrétaire générale de la Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui lui est associée, tenue à Durban, en Afrique du Sud.

—  Michael MARSH, Universalis

Écrit par :

  • : professeur agrégé et responsable du département de sciences politiques de Trinity College à l'université de Dublin, coéditeur

Classification

Les derniers événements

15 août 2002 • Mexique - États-UnisPolémique après l'exécution d'un condamné mexicain au Texas.

, d'un ressortissant mexicain condamné à mort pour le meurtre d'un policier, en 1988. Le président Fox – tout comme les représentants de seize États et le haut-commissaire de l'O.N.U. pour les droits de l'homme, Mary Robinson – était intervenu pour obtenir la grâce du condamné.  [...] Lire la suite

1er-26 avril 2000 • RussieRéactions internationales à la crise tchétchène.

Du 1er au 4, avec l'autorisation tardive de Moscou, le haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme, Mary Robinson, effectue une visite en Russie au cours de laquelle elle se rend en Tchétchénie, où se poursuivent les affrontements entre les soldats russes [...] Lire la suite

30 octobre 1997 • IrlandeÉlection de Mary McAleese à la présidence.

depuis novembre 1990, Mary Robinson était parvenue à conférer une influence sans précédent à ce poste honorifique. Elle a démissionné en septembre pour prendre les fonctions de haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme. Catholique, Mary McAleese est le premier chef de l'État irlandais originaire d'Ulster.  [...] Lire la suite

17-26 février 1992 • IrlandeRelance du débat sur l'avortement.

de la République Mary Robinson, ancienne avocate et militante des droits des femmes, déclare que l'Irlande doit avoir le courage de « regarder les choses en face ». Le 26, la Cour suprême d'Irlande casse l'arrêt. Sans revenir sur le principe de l'interdiction de l'avortement, elle autorise la jeune fille à se rendre à Londres, afin d'éviter qu'elle attente à ses jours.  [...] Lire la suite

7-9 novembre 1990 • IrlandeÉlection d'une femme de gauche à la présidence de la République.

ministre, Austin Currie, soutenu par le Fine Gael (centriste, opposition), et Mary Robinson, soutenue par le Parti travailliste (dont elle a d'ailleurs démissionné) et le Parti des ouvriers (marxiste), deux formations de gauche n'occupant que 22 des 166 sièges du Parlement. À la surprise générale [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Michael MARSH, « ROBINSON MARY (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-robinson/