McCARTHY MARY (1912-1989)

Mary McCarthy est née à Seattle d'une famille aux origines juives, protestantes et catholiques à la fois. Sa mère s'était convertie au catholicisme après avoir épousé Roy McCarthy, de dix ans son aîné. L'un et l'autre allaient mourir en 1918 lors de 1'épidémie de grippe. La petite fille fut alors confiée à une grand-tante catholique très stricte ; c'est cette partie sombre de sa vie dans le Minnesota que raconte Mary McCarthy dans Memories of a Catholic Girlhood (1957). De retour à Seattle, elle fit des études dans un collège de religieuses où, a-t-elle dit, elle perdit la foi. Elle repartit ensuite dans l'Est où elle entreprit des études supérieures en littérature à Vassar. Après avoir obtenu son diplôme, elle s'installa à New York où elle se maria et fréquenta des milieux communistes sans être elle-même affiliée au parti. Elle devint grâce à Philip Rahv, un des éditeurs de la Partisan Review où elle tint la rubrique théâtrale. En 1938, elle épousa le critique et essayiste Edmund Wilson qui lui permit de rencontrer tous les grands écrivains de l'époque et l'encouragea à écrire de la fiction. Son premier livre, The Company she keeps (1942), est une sorte de roman fragmenté rassemblant six nouvelles fortement autobiographiques.

Après avoir quitté Edmund Wilson en 1945, elle alla enseigner la littérature à Bard College ; elle épousa plus tard Bowden Broadwater, et enseigna quelque temps à Sarah Lawrence College. C'est là qu'elle écrivit son second livre, Oasis (1949) ; comme le premier, il ne connut qu'un succès mitigé. Dépourvu d'action, il ressemble davantage à un conte philosophique. Il met en scène un groupe de « gauchistes » réunis dans une communauté utopique, au sommet d'une montagne.

Ses mariages successifs, sa carrière professorale et éditoriale, ses engagements politiques amenèrent Mary McCarthy à beaucoup se déplacer, entre New York, le Rhode Island, Castine dans le Maine, et l'Europe où elle passa de nombreuses années. Après la publication d'un recueil de nouvelles, Cast as a Cold Eye (1950), el [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  McCARTHY MARY (1912-1989)  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

La correspondance avec Mary McCarthy trouve son centre de gravité dans l'évaluation critique, le plus souvent pessimiste, des potentialités de la démocratie américaine et des facteurs de crise qui la minent. La chasse aux sorcières pendant la guerre froide, les dangers d'une confrontation militaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correspondance-de-hannah-arendt/#i_98223

Pour citer l’article

Maurice COUTURIER, « McCARTHY MARY - (1912-1989) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-mccarthy/