ZAMBRANO MARIA (1904-1991)

Écrivain et philosophe, María Zambrano est née à Vélez-Málaga, le 22 avril 1904, et passe son enfance à Madrid et à Ségovie. Étudiante à l'université de Madrid, elle y a pour maîtres Manuel García Morente, Xavier Zubiri et José Ortega y Gasset. Ses premiers écrits paraissent dans Cruz y raya et la Revista de Occidente. Assistante de métaphysique à Madrid, de 1931 à 1936, elle rédige sa thèse sur Le Salut de l'individu chez Spinoza. En 1937, dans Los Intelectuales en el drama de España, elle analyse la déchirure du tissu social en Espagne, due, selon elle, à un défaut d'assimilation du passé. À la fin de la guerre civile, elle quitte l'Espagne pour un long exil. En 1939, au Mexique, elle se lie avec Alfonso Reyes et León Felipe. La Havane, Paris, Puerto Rico, Rome, Genève sont les étapes de son errance. Deux articles, de José Luis Aranguren et de José Angel Valente, contribuent à faire connaître son œuvre. Elle revient en Espagne en 1984. En 1988, elle reçoit la consécration du prestigieux prix Cervantes. Elle réside désormais à Madrid, jusqu'à sa mort survenue le 6 janvier 1991. Abondante et diverse, son œuvre procède par essais fragmentaires plutôt que par exposés systématiques. La « raison poétique » définit sa méthode. À la manière de Bergson et d'Unamuno, l'intuition poétique qui saisit l'essence des choses constitue, pour María Zambrano, l'outil privilégié de la connaissance. Accueillante à l'amour, au mystère, à la venue de l'être, la raison poétique doit supplanter le rationalisme. Il ne s'agit plus de conquérir la vérité, mais de se laisser posséder par elle. Un changement est, pour cela, inéluctable : « La culture moderne, encore libérale et romantique, héritière de la longue tradition gréco-chrétienne, est maintenant finie. L'ultime fond de la réalité est le sacré où tout se fonde et prend sens, d'où tout part et où tout retourne. » Le « divin » est ainsi la voie d'accès à la réalité. L'athéisme même contribue à cet avènement de Dieu, « toujours naissant dans la communauté des ho [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « ZAMBRANO MARIA - (1904-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maria-zambrano/