MAPUTO, anc. LOURENÇO MARQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du Mozambique, Maputo – Lourenço Marques jusqu'en 1976 –, qui comptait 2,5 millions d'habitants en 2007 (dans l'agglomération), est située sur la côte à l'extrême sud du pays, à quelque soixante-dix kilomètres de la frontière avec l'Afrique du Sud. La ville n'a accédé au statut de capitale qu'en 1898, quand le siège de la colonie portugaise fut déplacé de Ilha de Moçambique, au nord, à Maputo. Ce transfert était motivé par la volonté de profiter du dynamisme de l'économie sud-africaine, en offrant aux industriels du Gauteng et aux agriculteurs de l'intérieur la possibilité de faire transiter leurs importations et leurs exportations par le port de Maputo. Car Maputo doit avant tout sa fortune à sa fonction portuaire. Son port est l'un des rares ports naturels en eau profonde d'Afrique australe. La voie ferrée le reliant aux centres névralgiques de l'Afrique du Sud (mines d'or, centres industriels, Johannesburg) a été construite dès 1895.

Mozambique : carte administrative

Carte : Mozambique : carte administrative

Carte administrative du Mozambique. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Maputo, qui a été affaiblie par une immigration de refuge et de désespoir lors de la guerre d'indépendance (1965-1974) et de la guerre civile (1977-1992), et dont les équipements ont souffert du manque d'entretien pendant cette période, mène une énergique politique de réhabilitation, favorisée par le dynamisme du tourisme, notamment sud-africain, et par les réformes macro-économiques qui relancent l'économie urbaine mais accroissent en retour les inégalités sociales et stimulent le développement des activités informelles.

Le noyau originel, qui demeure un des hauts lieux de la ville, est localisé autour du fort construit sur la corniche qui surplombe l'estuaire de la Tembe et la baie de Maputo. Le tissu urbain est structuré autour de l'opposition entre la ville coloniale, « ville de ciment », planifiée, fortement dégradée pendant la guerre civile, et les périphéries populaires, pauvres, situées surtout vers l'intérieur des terres et appelées caniço (« roseau », en référence au matériau de construction qui était utilisé), qui accueillent l'immense majorité des nouveaux migrants. Depuis la libéralisation économique du milieu des années 1990, une urbanisation aisée progresse le long du littoral, au nord de la ville, avec son lot de communautés fermées et surveillées (quartiers de Sommershield, bord de mer de Polana Caniço et de la Costa do Sol). Les fonctions directionnelles et logistiques constituent les ressorts de l'économie urbaine. Cependant, les investissements sud-africains dans les industries de transformation, notamment la très grosse usine d'aluminium de Mozal, et le tourisme diversifient les opportunités d'emploi.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université de Bordeaux-III-Michel-de-Montaigne

Classification

Autres références

«  MAPUTO, anc. LOURENÇO MARQUES  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le Gauteng et ses « périphéries » »  : […] La province du Gauteng détient les meilleurs indicateurs de développement du pays et concentre une large part des activités du secteur tertiaire. L'industrie reste importante dans la municipalité d'Ekurhuleni et les activités de haute technologie se développent rapidement entre Johannesburg et Tshwane, ainsi qu'autour de l'aéroport international de Johannesburg, rebaptisé Oliver Tambo Airport en […] Lire la suite

MOZAMBIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard CALAS, 
  • Eric MORIER-GENOUD
  •  • 8 583 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La façade littorale d'un hinterland largement sud-africain »  : […] La fin de la guerre en 1992 a suscité l'application d'une politique de réhabilitation, soutenue par un plan d'ajustement structurel, qui classe le pays parmi les bons élèves du F.M.I. Cette politique est destinée à adapter une économie profondément marquée par le marxisme-léninisme aux exigences du libéralisme. L'arrivée d'experts et de diplomates accompagne l'afflux massif de l'aide international […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard CALAS, « MAPUTO, anc. LOURENÇO MARQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maputo-lourenco-marques/