MARTÍN SANTOS LUIS (1924-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écrivain espagnol Luis Martín Santos, mort prématurément, a peu publié. Mais son œuvre tranche sur la production assez terne de l'Espagne d'après-guerre. Esprit curieux et original, doté d'une très grande culture, médecin psychiatre de son métier, il a été un des rares à échapper au néo-réalisme banal et démodé dans lequel tendait à s'enliser la littérature narrative de son pays depuis l'installation du franquisme.

Martín Santos a écrit un roman, Les Demeures du silence (Tiempo de silencio, 1962) et quelques courts mélanges intitulés Apologues (Apólogos, 1970) ; onze ans après sa mort, un deuxième roman, Temps de destruction (Tiempo de destrucción, 1975), a été publié inachevé, encore que très avancé dans sa rédaction. Il est également auteur d'ouvrages de psychiatrie et psychanalyse : Dilthey, Jaspers et la compréhension du malade mental (Dilthey, Jaspers y la comprensión del enfermo mental, 1955) et Liberté, temporalité et transfert dans la psychanalyse existentielle (Libertad, temporalidad y transferencia en el psicoanálisis existencial, 1964).

Ses deux romans racontent l'expérience malheureuse d'un intellectuel se heurtant à une société qui le renvoie fatalement au silence et à la destruction. C'est, bien sûr, son propre sentiment d'échec qu'exprime ainsi l'auteur ; mais ce que vivent ses personnages est également symbolique des frustrations et des impuissances de la plupart des jeunes intellectuels espagnols au lendemain de la guerre civile. En même temps, l'œuvre littéraire de Martín Santos est une satire sarcastique de l'Espagne contemporaine. On a notamment comparé Les Demeures du silence au roman picaresque du Siècle d'Or où un « anti-héros » parcourt toutes les classes sociales pour en donner une image critique. Martín Santos nous fait ainsi connaître l'enfer du bidonville et de la maison close, l'atmosphère médiocre et étouffante de la pension de famille, le vide intellectuel et moral des salons bourgeois. Il s'agit aussi de désacraliser les mythes d'une Espagne « éternelle », de saper les valeurs idéologiques sur lesquelles se fonde l'ordre établi.

Mais [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien maître de conférences, université de Paris-IV-Sorbonne, U.F.R. de langue et littérature espagnoles

Classification


Autres références

«  MARTÍN SANTOS LUIS (1924-1964)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Modernité et postmodernité »  : […] L'année 1959 constitue une date charnière dans l'histoire de la littérature espagnole contemporaine. Sous la pression d'événements essentiellement économiques, l'Espagne est obligée d'ouvrir ses frontières à l'émigration et au tourisme. Même si la société franquiste garde ses structures autoritaires, elle ne peut plus empêcher la circulation des idées d'une manière aussi radicale qu'auparavant. De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_80199

Pour citer l’article

Jean-Pierre RESSOT, « MARTÍN SANTOS LUIS - (1924-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-martin-santos/