BERLANGA LUIS GARCIA (1921-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinéaste espagnol. Luis García Berlanga est né à Valence. En 1941, il s'engage dans la division Azul, qui rassemble les volontaires espagnols prêts à combattre au côté de l'armée allemande sur le front russe. Revenu en Espagne, il entre en 1947, après avoir suivi des études de droit et de lettres, à l'Instituto de investigaciónes y experiencas cinemátograficas. Avec Juan Antonio Bardem, il va être un des tenants du cinéma espagnol de l'après-guerre. C'est d'ailleurs en collaboration avec celui-ci qu'il réalise ses deux premiers films, Promenade sur une guerre ancienne, un court-métrage (1948) et surtout Ce couple heureux (1951). Le ton qui marquera ses œuvres ultérieures est donné : apolitisme, goût de la satire féroce. Bienvenue, Monsieur Marshall (1952, d'après un scénario co-rédigé avec Bardem) brosse un tableau ironique de la société espagnole à l'heure du plan Marshall. Bien accueilli au festival de Cannes, le film sera censuré par le régime franquiste. Il en ira de même avec Les Jeudis miraculeux (1957). La cible est cette fois l'Église espagnole, et le film est à son tour censuré. À partir de Placido (1961), Berlanga collabore avec le scénariste Rafael Azcon. La tonalité est la même, une dénonciation sarcastique de la tromperie sociale, qui atteint son sommet avec Le Bourreau (1963), évocation sous forme de farce de la peine de mort qui connaîtra également des ennuis avec la censure. Berlanga achève ce tableau de la société espagnole avec Grandeur nature (1974), où l'on voit un dentiste (interprété par Michel Piccoli) se prendre de passion pour une poupée gonflable. Après la mort de Franco, le cinéaste poursuit dans sa veine favorite, le grotesque noir, s'en prenant tour à tour à l'affairisme qui marque les années de l'après-Franco (La Carabine nationale, 1978) et à la guerre civile, où il renvoie dos à dos les deux camps (La Vache, 1985). Dans un de ses derniers films, Paris-Tombouctou (1999), qui est aussi une manière de testament, il retrouve Michel Piccoli.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BERLANGA LUIS GARCIA (1921-2010)  » est également traité dans :

ESPAGNOL CINÉMA

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 1 315 mots

On peut faire remonter à 1896 les premières manifestations cinématographiques en Espagne. Le 15 mai, un représentant des frères Lumière organise la première projection à Madrid et, à la fin de l'année, un Espagnol filme La Sortie de la messe de midi à l'église du Pilar de Saragosse . L'année suivante, Fructuoso Gelabert construit la première caméra espagnole et met en scène le premier film de fict […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BERLANGA LUIS GARCIA - (1921-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-garcia-berlanga/