LUANDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Angola : carte physique

Angola : carte physique

Carte physique de l'Angola. 

Afficher

Capitale de l'Angola, anciennement São Paulo de Loanda, ou Loanda, Luanda fut fondée en 1575 comme point d'appui côtier protégeant la piste qui mène vers le bassin du Congo ; elle est la plus ancienne agglomération d'origine européenne en Afrique tropicale. Ce fut d'abord un comptoir fortifié (fort de São Miguel), puis un port d'embarquement des esclaves. L'essor économique et démographique de l'agglomération fut très lent : 50 000 habitants seulement en 1930. L'expansion se produisit après 1945 : en 1960, Luanda comptait 225 000 habitants, dont 55 000 Blancs, pour la plupart venus de l'intérieur du pays ; en 1970, la population dépassait 475 000 habitants et avait triplé vingt ans plus tard ; elle approcherait en 2008 5 000 000 d'habitants.

La ville offre trois types de paysages. Le long de la baie, la baixa, ou ville basse, occupe une étroite plaine côtière ; elle est le siège des principales activités commerciales et financières, dont la prospérité est liée au port et qui ont leur siège dans les gratte-ciel qui ont remplacé les immeubles anciens, bas et massifs. Un très beau front de mer s'allonge le long du boulevard ourlant la côte. La ville haute s'étend sur un plateau dominant la baixa par un escarpement raide et raviné. Elle est davantage résidentielle, et juxtapose maisons basses et constructions en hauteur, dont beaucoup comportent un rez-de-chaussée à arcades abritant magasins et boutiques. L'expansion de cette zone repousse sans cesse les muceques, quartiers d'habitat autochtone composés surtout de petites maisons en bois, souvent sommaires et disposées en désordre, et qui font à Luanda une ceinture interrompue seulement par les emprises du camp militaire et de l'aéroport. Nombre de ces lotissements sont spontanés, et ne bénéficient donc d'aucun équipement collectif.

La ville constitue le principal centre économique du pays. Les activités industrielles se dispersent à travers l'agglomération, mais une large zone leur est réservée à l'est, en arrière du port, par où transitent les principales exportations : café, coton et minerai de fer. Les entreprises sont assez diversifiées : industries alimentaires, textiles, biens de consommation, petite métallurgie, raffinerie de pétrole... L'économie a cependant été désorganisée par les guerres civiles qui ont sévi de 1975 à 2002. Luanda est tête de ligne d'une voie ferrée allant vers Malanje à l'est. Elle possède un aéroport international.

—  Pierre VENNETIER

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bordeaux-III, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  LUANDA  » est également traité dans :

ANGOLA

  • Écrit par 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Didier PÉCLARD
  • , Universalis
  •  • 8 757 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cinq siècles de colonialisme ? »  : […] À la fin du xv e  siècle (1482), l'explorateur portugais Diogo Cão est le premier Européen à débarquer à l'embouchure du fleuve Congo. Quelques années plus tard, un autre groupe d'explorateurs, accompagné de missionnaires jésuites, remonte le fleuve jusqu'à la ville de Mbanza Kongo, alors capitale d'un des plus vastes royaumes africains de l'époque précoloniale, le royaume du Kongo. La troupe est […] Lire la suite

Les derniers événements

23 mai 2008 France – Angola. Visite du président Nicolas Sarkozy en Angola

Nicolas Sarkozy effectue à Luanda la première visite d'un président français depuis juin 1998. Il entend « tourner la page des malentendus du passé » – allusion à l'« Angolagate », une affaire judiciaire de ventes d'armes illégales à l'Angola impliquant des intermédiaires français, dans les années 1990 – pour établir un « partenariat » politique et économique avec « une puissance majeure de la région et de l'Afrique ». […] Lire la suite

22 juillet - 15 août 2002 République démocratique du Congo. Accords de paix avec le Rwanda et l'Ouganda

et l'Ouganda annoncent, à Luanda (Angola), la « normalisation » de leurs relations et le retrait des troupes ougandaises du territoire congolais. Kinshasa promet, en contrepartie, de garantir la sécurité à la frontière entre les deux pays.  […] Lire la suite

4 avril 2002 Angola. Signature d'un protocole d'accord de paix

) signent, à Luanda, un protocole d'accord « en vue de l'instauration d'une paix définitive ». Le 30 mars, six semaines après la mort de Jonas Savimbi, chef historique de l'U.N.I.T.A., les belligérants avaient conclu un accord de cessation des hostilités. La guerre civile qui avait éclaté au lendemain de l'indépendance, en 1975, a fait un demi-million de victimes et provoqué le déplacement de quatre millions de personnes. […] Lire la suite

2 janvier - 26 février 1999 Angola. Reprise de la lutte armée

Le 21, toutefois, le Conseil de sécurité demande son accord au gouvernement de Luanda en vue du maintien d'une présence de l'O.N.U. en Angola. Le 26, le gouvernement comme l'U.N.I.T.A. proclament le retour à la lutte armée, tandis que les combats s'étendent à l'ensemble du pays. Le 29, le président Dos Santos déclare qu'il assumera désormais les pleins pouvoirs, à la tête de l'État, du gouvernement et de l'armée jusqu'à la défaite de la rébellion. […] Lire la suite

19-21 mai 1993 Angola. Reconnaissance par Washington du régime de Luanda et échec des négociations entre le M.P.L.A. et l'U.N.I.T.A

Le 19, le président américain Bill Clinton annonce la reconnaissance par son pays du gouvernement angolais dirigé par le Mouvement pour la libération de l'Angola (M.P.L.A.). Cette décision consacre le revirement des États-Unis qui avaient toujours soutenu l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (U.N.I.T.A.) contre le régime marxiste du M. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VENNETIER, « LUANDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luanda/