LEIPOLDT LOUIS (1880-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin de formation et journaliste sud-africain, C. Louis Leipoldt fut aussi l'un des principaux poètes du second mouvement linguistique afrikaans.

Christiaan Frederik Louis Leipoldt naît le 28 décembre 1880 à Worcester dans la colonie du Cap (auj. en Afrique du Sud). Bien qu'ayant suivi une formation médicale, il se montre davantage attiré par une carrière littéraire. Leipoldt commence donc à travailler comme journaliste pour De kolonist, Het dagblad et South African News et, pendant la guerre des Boers, officie comme correspondant de guerre pour plusieurs journaux favorables aux descendants des colons néerlandais. Il se montre un écrivain aux talents multiples, capable d'aborder des genres aussi divers que la poésie et le théâtre, les récits de voyage et les romans policiers, sans oublier les livres de cuisine.

Les poèmes de C. Louis Leipoldt expriment avec violence l'humiliation et le besoin de protestation que nourrissent les Afrikaners après la guerre et exaltent la beauté des paysages sud-africains. Cet écrivain crée un genre poétique particulier, qu'il baptise du nom intraduisible de salmpamperliedje (approximativement, « chansons d'un riboteur »), caractérisé par des vers cryptiques et très personnels teintés d'accents métaphysiques. Ses plus beaux textes figurent dans Oom Gert vertel en ander gedigte (1911, « L'Histoire de l'oncle Gert et autres poèmes »), Uit drie wêrelddele (1923, « Depuis trois continents ») et Skoonheidstroos (1932, « La Consolation de la beauté »). Avec Die heks (1923, « La Sorcière ») et Die laaste aand (1930, « Le Dernier Soir »), Leipoldt signe les premières pièces de théâtre notables écrites en afrikaans. Il s'éteint le 12 avril 1947, dans la ville du Cap.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LEIPOLDT LOUIS (1880-1947)  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Un triumvirat littéraire : Celliers, Totius, Leipoldt »  : […] Tous trois poètes, Jan Celliers, Totius, C. Louis Leipoldt donnent un nouvel essor à l'afrikaans en tant que langue littéraire. Jan Celliers (1865-1940) était un poète pastoral plein de regrets pour un ordre de choses en voie de disparition. Son pays déchiré par la guerre lui apparaît comme l'illustration même de la Cité de Dieu ; il tient l'ennemi pour responsable d'une véritable infraction au d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_23475

Pour citer l’article

« LEIPOLDT LOUIS - (1880-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-leipoldt/