LOUÉS SOIENT NOS SEIGNEURS. UNE ÉDUCATION POLITIQUE (R. Debray)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au service d'une histoire des sensibilités françaises, des livres émergent de temps en temps dont on peut gager aussitôt qu'ils aideront plus tard à comprendre l'itinéraire, les tensions, les déchirements d'une génération de clercs. Ainsi de Loués soient nos seigneurs. Une éducation politique (Gallimard, Paris, 1996), où la maturité de Régis Debray se penche sur sa jeunesse. Les ingrédients sont là qui lui garantissent la durée, avec le mélange adéquat du représentatif et du spécifique, et le soutien d’un talent rare, d’un style et d'un courage. D'où naît une contribution précieuse à cette réflexion sur la crise de l'engagement qui a envahi récemment les revues et les colloques.

La fin des « années Mitterrand » appelait pour Régis Debray cet ouvrage d'étape. Contre les règles de la rhétorique ternaire, ce normalien – tout marqué qu'il est par la culture khâgneuse –, construit son récit et sa réflexion selon un balancement binaire (ce qui offre l'avantage, d'ailleurs, de laisser, pour l'avenir, toute sa place à une troisième époque de sa vie active).

Première partie : « Los Comandantes ». Deuxième partie : « Les Gouvernants ». De Guevara à Mitterrand. Ce que résume cette formule frappante (Régis Debray excelle dans les formules, parfois jusqu'à s'en enivrer) : « [François Mitterrand] crut qu'on devenait un homme libre en se délestant des valeurs et des fins suprêmes – quand c'est le contraire. » Mais « des moyens sans fin, du pragmatisme sans foi, cela ne fait que la moitié du programme. Le Che détenait l’autre. D'un continent à l'autre, je suis passé de la foi sans la méthode à la méthode sans foi. Il est trop tard pour que je trouve mon troisième homme idéal, celui qui réunirait les deux fragments de la tessère ».

On se souvient que Régis Debray a surgi dans l'attention publique du fait de son combat « latino ». « Cacique » au concours d'entrée de la rue d'Ulm en 1960, marqué par plusieurs séjours à Cuba et par l'amitié de Fidel Castro, il choisit, se [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Noël JEANNENEY, « LOUÉS SOIENT NOS SEIGNEURS. UNE ÉDUCATION POLITIQUE (R. Debray) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/loues-soient-nos-seigneurs-une-education-politique/