VILLALONGA I PONS LLORENÇ (1897-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain de langue catalane, né à Ciutat de Mallorca, Villalonga i Pons a produit une œuvre aussi abondante qu'éclectique, pratiquant avec une égale aisance différents genres : roman, théâtre et poésie.

Issu d'une famille de la bourgeoisie rurale insulaire mais fils de militaire, il poursuit des études de médecine dans différentes universités espagnoles et se spécialise en psychiatrie à Paris. Revenu à Palma, il décide, en émule de Freud, de mener de front une double activité médicale et créatrice. Il avait commencé très tôt, et sous divers pseudonymes, sa collaboration à la presse insulaire majorquine, notamment à El Día, le futur Baleares dans les colonnes duquel il continuera d'écrire. Cette activité journalistique culmine entre 1934 et 1936 avec la publication, en langue castillane, de la revue Brisas dont il est directeur-rédacteur. Villalonga cesse de publier pendant les années de guerre civile et collabore à nouveau, à partir de 1950, à la presse de langue castillane insulaire ou de Barcelone — Destino, El Correo catalán.

Il fait aussi des traductions (Il Gattopardo de Tomasi di Lampedusa, 1962, notamment) et s'intéresse au théâtre pour lequel il écrit en castillan (sa pièce Fedra sera traduite en catalan par Salvador Espriu). Il se sert le plus souvent de ses pièces pour ébaucher son œuvre romanesque. Ainsi les personnages prennent-ils corps par touches successives. Faust (1956), représenté à Barcelone en 1962 sous le titre de Bearn, annonce et prolonge la thématique du roman publié en 1961.

Le genre auquel il s'adonne le plus volontiers est néanmoins la narration, que ce soient des contes : El Lledoner de la clasta (1958), ou des récits de plus grande envergure. L'ensemble de son œuvre est centré sur l'effondrement d'une certaine société : la bourgeoisie majorquine, univers de petits hobereaux auquel il prétend appartenir. Axée sur le thème majorquin, la narration a valeur de mythe et traduit les deux attitudes de l'auteur face à cet anéantissement, d'une part une critique assez mordante qui, en son temps, fit scandale et, d'autre part, un regret teinté de n [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : assistante agrégée de l'université de Paris-Sorbonne, secrétaire générale du Centre d'études catalanes

Classification


Autres références

«  VILLALONGA I PONS LLORENÇ (1897-1980)  » est également traité dans :

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les années 1950 et 1960 : montée de sève »  : […] En 1951, le prix Martorell couronne El Carrer estret , roman de Josep Pla (1897-1981). Journaliste et chroniqueur prolifique – ses œuvres complètes publiées entre 1966 et 1980 comprennent trente-sept volumes –, bien que l'un des plus lus parmi les Catalans et assurément l'un des meilleurs prosateurs, par son scepticisme voltairien et son humour sarcastique à la Sterne, Pla est tout le contraire d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Montserrat PRUDON, « VILLALONGA I PONS LLORENÇ - (1897-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/llorenc-villalonga-i-pons/