LIU YUXI [LIEOU YU-SI] (772-842)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Liu Yuxi n'est pas un des grands noms de la poésie chinoise classique, mais une demi-douzaine de ses poèmes, nous dit un critique moderne sévère, lui ont permis de survivre à l'oubli. Sa vie est à la fois banale et intéressante parce que typique de son époque. Entré dans l'administration impériale par la grande porte de l'« examen de la vaste érudition et de la grande composition » (moins d'un pour cent des candidats, pourtant choisis parmi les meilleurs des lettrés des provinces, le réussissaient), il est nommé censeur ; bientôt cependant, à cause de son amitié avec un Premier ministre qui tombe en disgrâce, il est banni au sud de la Chine. Il n'est pas sans intérêt de dire que leur amitié était liée à une même politique, celle d'une ouverture de la bureaucratie à de nouvelles classes sociales, contre le parti des grandes familles, au pouvoir depuis des générations. Liu Yuxi passera plus de vingt ans dans diverses villes de province avant d'être rappelé à la cour comme secrétaire du ministère des Rites. Son amitié avec le grand personnage qui l'a appelé à ce poste lui vaut de quitter la cour lorsque ce dernier prend sa retraite. Ainsi les aléas de sa vie sont-ils typiques des mésaventures que subissent les esprits indépendants de ce temps.

Comment l'œuvre de Liu Yuxi est-elle marquée par cette existence ? La façon dont, de près, il voit agir la haute administration le conduit à prendre dans beaucoup de ses poésies un ton satirique à l'égard des maîtres de l'Empire. Il est curieux de noter que, dans un régime aussi autocratique que l'Empire des Tang, des critiques pouvaient être aussi vives.

Comme on le trouve chez tous les poètes des Tang, il sait chanter la beauté des saisons, les joies de l'amitié et du vin, les bonheurs et les misères de la vie. L'un de ses poèmes les plus célèbres est intitulé Ballade du vent d'automne : D'où nous vient sifflant le vent de l'automne / Qui bruisse en compagnie des oies sauvages ? / Le matin il atteint les arbres du jardin / Et l'exilé est le premier à l'écouter. L'automne et les vols d'oies [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, directeur de l'Institut des hautes études chinoises au Collège de France

Classification

Pour citer l’article

Yves HERVOUET, « LIU YUXI [LIEOU YU-SI] (772-842) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-yuxi-lieou-yu-si/