LES RAISINS DE LA COLÈRE, John SteinbeckFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un grand roman social

Cette force d'âme donne aux Raisins de la colère une allure de parabole et de mythe, où le détail revêt une valeur symbolique et les rapports entre les personnages une dimension allégorique. Comme En un combat douteux (1936), Les Raisins de la colère sont un des romans les plus ouvertement politiques de Steinbeck : à mi-chemin entre l'espérance biblique et l'espoir révolutionnaire, l'évolution politique de Tom incarnant cet engagement. La dépossession des fermiers de l'Oklahoma peut passer pour la conséquence de la désertification. Elle résulte en réalité de la cupidité des banques qui n'acceptent aucun moratoire.

En faisant alterner quinze chapitres individuels avec autant de sections documentaires, en général bien plus courtes, le narrateur tisse l'odyssée des Joad qui les mène jusqu'aux « verts pâturages » de Californie : cette famille devient l'emblème de tous ceux qui furent à la dérive dans l'Amérique en crise des années 1930. Elle incarne une vision à la fois symbolique et documentaire d'un monde où l'expérience individuelle est englobée dans un complexe de forces qui la dépassent et que la volonté humaine ne peut modifier.

Steinbeck sépare rarement ses opinions politiques de son sentiment de la nature ; le temps historique importe moins que le cycle des saisons, et le mal consiste en l'interruption de la vie naturelle par l'expropriation. Car la terre et le peuple constituent les fondements qui doivent être préservés. Steinbeck garde pourtant toute sa confiance à l'homme et à la démocratie, même si, parfois, les leaders altruistes du « combat douteux » entre exploitants et exploités se révèlent n'être que des agitateurs. Les épreuves et les déceptions des Joad, la mort de certains d'entre eux, leur dispersion comptent moins que le triomphe final de Mrs. Joad, « mère courage » admirable, sur la malchance et l'hostilité. Le roman se clôt sur l'image du « mystérieux sourire » de Rose de Sharon allaitant un vieillard épuisé par la faim, conclusion qui ressemble beaucoup à un acte de foi en l'homme naturel.

En 1940, John Ford a donné au cinéma [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Walking Along, D. Lange

Walking Along, D. Lange
Crédits : Dorothea Lange/ Keystone/ Getty Images

photographie

Les Raisins de la colère, J. Ford

Les Raisins de la colère, J. Ford
Crédits : Henry Guttmann/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LES RAISINS DE LA COLÈRE, John Steinbeck  » est également traité dans :

STEINBECK JOHN (1902-1968)

  • Écrit par 
  • Robert ROUGÉ
  •  • 2 071 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grands romans sociaux »  : […] Si le doute s'insinuait dans Des souris et des hommes , le grand souffle épique de la révolte le dissimule dans Les Raisins de la colère ( The Grapes of Wrath , 1939) qui relate l'exode vers la Californie de fermiers endettés de l'Oklahoma, chassés par les grandes banques. La générosité de l'inspiration steinbeckienne, nourrie ici d'indignation autant que l'espoir, fait vibrer le style et explose […] Lire la suite

Les derniers événements

Liban. Offensive israélienne après l'enlèvement de deux soldats. 12-30 juillet 2006

israélienne, la plus importante depuis l'opération Raisins de la colère en avril 1996. Le 13, Tsahal bombarde la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, notamment l'immeuble abritant les studios de la chaîne de télévision de la milice chiite, Al-Manar, tandis que la milice chiite prend pour cible […] Lire la suite

Israël – Liban. Représailles israéliennes au Liban. 7-13 février 2000

électriques. Le gouvernement libanais dénonce la violation de l'« arrangement » d'avril 1996 qui visait à protéger de toute attaque les objectifs civils, tant israéliens que libanais, après la meurtrière opération « Raisins de la colère » menée au Liban par l'État hébreu. Du 8 au 10, après que deux […] Lire la suite

Israël – Liban. Offensive aérienne israélienne au Liban. 24-25 juin 1999

Le 24, le gouvernement israélien engage la plus vaste offensive aérienne contre le Liban depuis l'opération « Raisins de la colère » d'avril 1996, en représailles à des tirs de roquettes du Hezbollah sur le nord du pays. Les bombardements, qui sont destructeurs et meurtriers, visent […] Lire la suite

Liban. Bombardement de Saïda par l'A.L.S. 18-19 août 1997

, tire des roquettes sur la « zone de sécurité » et sur le nord d'Israël. En avril 1996, à l'issue de l'opération « Raisins de la colère » menée par Tsahal au Liban et marquée par un massacre de réfugiés à Cana, un « arrangement » signé par les Premiers ministres israélien et libanais prévoyait que les groupes armés libanais n'attaqueraient plus l'État hébreu et que l'armée israélienne et ses alliés ne viseraient plus aucun objectif civil au Liban. […] Lire la suite

Israël – Liban. Mise en cause d'Israël par le rapport des Nations unies sur le massacre de Cana. 7-10 mai 1996

unies au Liban à Cana, lors de l'opération « Raisins de la colère » menée en avril contre les positions du Hezbollah au Liban. Ce bombardement avait fait cent deux morts parmi les civils libanais ayant trouvé refuge dans le camp. Ce rapport infirme la thèse de l'erreur de tir soutenue par Israël […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FABRE, « LES RAISINS DE LA COLÈRE, John Steinbeck - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-raisins-de-la-colere/