NGUYÊN LES (1802-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondée en 1802 par l'empereur Gia Long (ou Nguyên Anh, 1762-1820), la dynastie des Nguyên, qui établit sa capitale à Huê, sera la dernière à régner sur le Vietnam avant que la France impose sa domination. Parmi les empereurs qui marquent cette dynastie, il y a lieu de citer d'abord Minh Mang (1792-1841), fils de Gia Long, qui règne de 1820 à 1841. Excellent lettré, imbu de culture chinoise, actif et énergique, il procède à d'importantes réformes tendant à centraliser l'administration, mais il persécuta les missionnaires chrétiens, accusés de subvertir l'ordre confucéen. Son successeur, Thiêu Tri (1841-1847), poursuivra cette politique de fermeture à l'égard de l'Occident. Le dernier empereur de la période précoloniale, Tu Duc (1829-1883), régnera à Huê de 1847 à sa mort et, comme Thiêu Tri, son père, continuera de s'opposer à l'entrée des marchands et des missionnaires étrangers — mais ne pourra éviter la confrontation avec la France, à laquelle il devra céder la Cochinchine (traités de 1862 et 1874) et qu'il ne pourra empêcher de s'installer au Tonkin (1882-1883) — puis la désintégration du Vietnam traditionnel. Par les deux traités de Huê (1883 et 1884) qu'imposent les forces militaires envoyées par Jules Ferry, le pays devient protectorat français, situation que la Chine reconnaît en 1885. Peu après, le jeune empereur Ham Nghi (1884-1885) prend la tête de la résistance armée aux Français et est déposé par ceux-ci, qui mettent sur le trône son frère Dông Khanh. Il ne régnera que trois ans. Lui succéderont de très jeunes rois, Thanh Thai (1889-1907) et Duy Tan (1907-1916) ; de ce fait, le pays connut de longues périodes de régence. Duy Tan ayant été déposé par les Français (comme son père) en 1916, pour rébellion, le fils de Dông Khanh fut intronisé en 1916 sous le titre de Khai Dinh. À sa mort, en 1925, son fils Nguyên Vinh Thuy (1913) lui succéda, mais ne fut intronisé qu'à sa majorité, en 1932, sous le titre de Bao-Dai.

Bao-Dai

Photographie : Bao-Dai

Bao-Dai (1913-1997), empereur du Vietnam de 1925 à 1945, ici vers 1920. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le début de la période des Nguyên est considéré comme un âge d'or dans l'histoire du Vietnam : il est marqué par une extension du territoire vietnamien, surtout sous Minh Mang, par une vie intellectuelle et culturelle particulièrement brillante (sous Gia Long, Nguyên Du produit l'épopée célèbre Kim Van Kieu, qui donne une remarquable description de la vie traditionnelle du peuple vietnamien) et par son architecture (tombeaux et palais de Huê). Le système administratif mis en place par Gia Long et Minh Mang s'inspire de celui qui avait été instauré en Chine par la dynastie Qing (1644-1911) ; de même, le tracé de la capitale Huê est calqué sur celui de la Ville interdite, les fortifications toutefois faisant des emprunts aux plans des architectes français. L'impôt foncier s'établit par tout le pays suivant un cadastre précis. L'autonomie communale limite le pouvoir des mandarins royaux, recrutés, sur la base du mérite, grâce à des concours triennaux. La classe des lettrés confucéens, issue du peuple par cette voie, gouverne le pays sous les ordres de l'Empereur, Fils du Ciel.

La Cochinchine est devenue colonie française, et le Tonkin une semi-colonie. Mais, en Annam même, les empereurs de Huê n'ont plus qu'un pouvoir nominal subordonné au gouvernement général, qui, impose partout sa loi. En 1945, à la proclamation de la république, la dynastie s'efface après que Bao-Dai eut abdiqué ; il reviendra cependant comme chef de l'« État du Vietnam » restauré par la France, de 1949 à 1955, date à laquelle il est déposé à la suite d'un référendum organisé par son Premier ministre Ngô Dinh Diêm.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur ès lettres (histoire), historien, professeur (relations internationales)

Classification

Autres références

«  NGUYÊN LES (1802-1945)  » est également traité dans :

GIA LONG (1762-1820) empereur d'Annam (1802-1820)

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 301 mots
  •  • 1 média

Né à Huê, Nguyên Phuc Anh fut le premier souverain de la dynastie des Nguyên ; en 1802, il se proclame empereur et prend le titre de Gia Long. Reconnu par la Chine en 1804, il donne à son empire le nom de Vietnam et fixe sa capitale à Phu Xuan. S'inspirant du code chinois des Qing, le sien, promulgué en 1812, remplacera le code Hong-Duc de la dynastie Lê et sera essentiellement un instrument de c […] Lire la suite

VIETNAM

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Pierre-Bernard LAFONT, 
  • NGUYÊN TRÂN HUÂN, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Matthieu SALOMON, 
  • Stéphanie SOUHAITÉ, 
  • Christian TAILLARD
  • , Universalis
  •  • 46 542 mots
  •  • 38 médias

Dans le chapitre « Les Tayson et la réunification »  : […] Une crise intérieure grave fournit aux Nguyen l'occasion de reconstituer à leur profit l'unité vietnamienne . L'autorité tyrannique d'un régent suscita, en 1771, un soulèvement dans la province de Binh Dinh. Trois frères, Nhac, Lu et Hue, appelés les Tayson du nom de leur village, se mirent à la tête des insurgés. En quelques années, jouissant du soutien de populations opprimées et exploitées par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, « NGUYÊN LES - (1802-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-nguyen/