LÉOPOLD Ier (1790-1865) roi des Belges (1831-1865)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prince de Saxe-Cobourg-Gotha, Léopold se distingue comme officier de l'armée russe pendant les guerres napoléoniennes. Naturalisé anglais, il épouse en 1816 Charlotte, héritière de la couronne d'Angleterre, qui meurt l'année suivante.

Léopold Ier

Photographie : Léopold Ier

Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha (1790-1865), oncle de la reine Victoria, prête serment le 21 juillet 1831 et devient le premier roi des Belges sous le nom de Léopold Ier

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Il refuse la couronne de Grèce en 1830. Candidat britannique, il est proposé par Lebeau, ministre des Affaires étrangères et avocat libéral, qui a pressenti que le sort de la Belgique dépend avant tout de Londres, et est élu roi des Belges par le Congrès national en juin 1831. Le souverain dirigera personnellement la politique extérieure de son État pendant trente-quatre ans, usant de toute son influence pour en consolider la situation en Europe. Il obtient la signature du traité des Dix-Huit Articles proposé par la Conférence de Londres et établissant l'indépendance de la Belgique. Il prête serment à la Constitution belge le 21 juillet 1831. Quelques jours plus tard, il doit faire face à une invasion hollandaise qui entraîne la signature du traité des Vingt-Quatre Articles, aux conséquences graves. En effet, une partie du Limbourg est cédée à la Hollande, le Luxembourg est perdu à l'exception d'Arlon, la Hollande est maîtresse des bouches de l'Escaut et perçoit un droit (péage) sur les bateaux entrant en Belgique. Le roi défend l'indépendance de la Belgique contre les intrigues de la Prusse et les ambitions annexionnistes de la France avec laquelle il sauvegarde longtemps l'entente grâce à son mariage avec Louise d'Orléans, fille du roi des Français, dont il eut quatre enfants. Monarque constitutionnel, il favorise l'unionisme, c'est-à-dire l'entente entre les catholiques et les libéraux dans les cabinets ministériels. Il échouera car, malgré son opposition, des partis se formeront et la monarchie deviendra nettement parlementaire. On remarque deux partis extrémistes : les libéraux radicaux, libres penseurs, partisans du suffrage universel et des réformes sociales, et les catholiques, conservateurs, ultramontains, désireux de soumettre l'État à l'Église. Les vingt premières années du règne sont marquées par une crise économique grave : l'industrie et les transports progressent lentement, l'agriculture stagne et les barrières douanières entravent le commerce. Vers 1850, la situation s'améliore grâce au libre-échange. Des réalisations importantes voient le jour : chemins de fer, postes, télégraphes, rachat du péage de l'Escaut par le baron Lambermont, création de la Banque nationale et de la Caisse d'épargne. Face au malaise social accentué par le machinisme, le roi souhaite le bien-être des ouvriers, mais refuse leur promotion sociale, ce qui les amène à s'organiser contre le pouvoir. Sa volonté de diriger l'Église entraîne l'opposition des évêques et la naissance d'un parti confessionnel catholique. Dans le domaine culturel, le roi assiste à la naissance des premiers conflits d'idées entre catholiques et libéraux : la question scolaire et la question linguistique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LÉOPOLD I er (1790-1865) roi des Belges (1831-1865)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La parenthèse française et hollandaise (1795-1830) »  : […] Le 26 juin 1794, le général français JeanBaptiste Jourdan battait définitivement les troupes autrichiennes à Fleurus, et par le traité de Campoformio (1797) l'Autriche reconnaissait formellement la cession des Pays-Bas du Sud à la France. La France annexait également la principauté de Liège, laquelle faisait désormais partie de la France au même titre que les autres provinces belges. Au cours de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Josiane COEKELBERGHS-CUYPERS, « LÉOPOLD Ier (1790-1865) - roi des Belges (1831-1865) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-ier-1790-1865-roi-des-belges-1831-1865/