EYHARTS LÉOPOLD (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Huitième Français à être allé dans l'espace, Léopold Eyharts naît le 28 avril 1957 à Biarritz. Ingénieur de l'École de l'air de Salon-de-Provence en 1979, il est breveté pilote de chasse à Tours en 1980. Il devient chef de patrouille à la septième escadre de chasse, à Istres, où il vole sur Jaguar A, puis commandant d'escadrille à Saint-Dizier en 1985. En 1987, il entre à l'E.P.N.E.R. (École du personnel navigant d'essais et de réception) d'Istres. Il vole sur Mirage-III, Alphajet, Caravelle et Transall C-160. En 1990, il est nommé chef pilote d'essai au Centre d'essais en vol de Brétigny-sur-Orge.

En juillet 1990, Léopold Eyharts est sélectionné comme astronaute par le Centre national d'études spatiales (C.N.E.S.) et rejoint le bureau des astronautes de l'avion spatial Hermès à Toulouse. En 1992, il devient responsable du programme des vols paraboliques sur la Caravelle Zéro g du C.N.E.S. De 1991 à 1993, il effectue deux stages de formation à la Cité des étoiles, près de Moscou. Il participe en 1992 à l'entraînement pour le programme de la navette russe Bourane. En 1994, il participe au programme de remplacement de la Caravelle Zéro g par l'Airbus A 300 Zéro g.

Les vols paraboliques

Les vols paraboliques

vidéo

L'avion, moyen de transport rapide, peut devenir un laboratoire expérimental. Il est possible d'effectuer à son bord des recherches en micropesanteur, notamment en ce qui concerne la biologie et la médecine spatiale. Pour cela, l'avion doit décrire une trajectoire parabolique. En France,... 

Crédits : CNES

Afficher

En décembre 1994, Eyharts est nommé cosmonaute suppléant de la mission franco-russe Cassiopée et il suit, de janvier 1995 à août 1996, l'entraînement à la Cité des étoiles au côté de Claudie André-Deshays. En décembre 1996, il est désigné cosmonaute expérimentateur de la mission franco-russe Pégase à bord de la station spatiale Mir, qui est reportée de six mois en raison de la collision entre un cargo Progress et le module Spektr de la station Mir. Cette mission se déroulera du 29 janvier au 19 février 1998 : Eyharts passe 18 jours et 18 heures à bord de Mir. Cette même année, il intègre le corps des astronautes de l'Agence spatiale européenne (E.S.A.) et il rejoint, en août, le Johnson Space Center de la N.A.S.A. à Houston (Texas) pour y recevoir une formation de spécialiste de mission. Il intègre alors le groupe no 17 des astronautes de la N.A.S.A.

En 2008, Léopold Eyhart passe plus de six semaines à bord de la Station spatiale internationale (I.S.S.). Le 7 février 2008, il quitte le Kennedy Space Center à bord de la navette spatiale Atlantis (mission STS-122), qui emporte dans sa soute le laboratoire européen Columbus ; Atlantis s’amarre à l’I.S.S. le 9 février, et Eyharts participe à l’installation et à la mise en œuvre de Columbus. Il revient sur Terre le 26 mars 2008, à bord de la navette Endeavour, après avoir passé 48 jours, 4 heures et 54 minutes dans l’espace.

—  Jacques VILLAIN

Écrit par :

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

Classification


Autres références

«  EYHARTS LÉOPOLD (1957- )  » est également traité dans :

STATIONS ORBITALES

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 8 616 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La construction »  : […] Le 20 novembre 1998, quatorze ans après l'annonce du président Reagan, un lanceur russe Proton met sur orbite, à partir de Baïkonour, le module fonctionnel Zarya (« Aube »), le premier élément de la station. La construction commence ; on pense alors que celle-ci s'achèvera en 2004. À cet effet sont prévus 45 vols – dont 36 de la navette spatiale américaine. L'exploitation de la station doit durer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stations-orbitales/#i_33690

Pour citer l’article

Jacques VILLAIN, « EYHARTS LÉOPOLD (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-eyharts/