LEONOV LEONID MAXIMOVITCH (1899-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un poète paysan révolutionnaire, élevé dans le milieu des marchands à Moscou, Leonov y termine ses études secondaires, combat pendant la guerre civile et, en 1922, devient écrivain de métier. Célèbre dès 1924, il est un « compagnon de route » très critiqué par l'Association révolutionnaire des écrivains prolétariens ; dans les années trente, Leonov adhère aux idées du régime et se trouve dès lors comblé des honneurs dus à un « classique » de la littérature soviétique : député, dirigeant de l'Union des écrivains depuis sa fondation, Prix Staline et Lénine.

Dans une première période très riche, Leonov se livre à des recherches et fait l'essai de manières bien différentes quant au sujet, au style, à la langue ; il utilise une langue populaire stylisée : le skaz des conteurs, ou skaziteli, dans des contes russes, orientaux, des récits fantastiques ; influencés par Rémizov, ils se situent dans le courant de la prose ornementale et sont proches des œuvres des frères Sérapion. Dans ses récits de 1922 à 1928 et dans son roman Les Blaireaux (Barsuki, 1924), Leonov peint le monde patriarcal et « sauvage » de la campagne (qu'il aime et qu'il déteste à la fois), où la révolution n'est qu'un avatar de la révolte anarchique contre la ville, et où les bolcheviks apparaissent comme « des vestes de cuir », représentant le principe de l'ordre et de l'État. Il peint la révolution, vue par un petit-bourgeois de province. Il reprend également le thème de Zamiatine de l'intellectuel individualiste pris dans la tourmente révolutionnaire : La Fin d'un petit homme (Konec melkogo čeloveka, 1922). Un très grand roman, Le Voleur (Vor, 1927), le chef-d'œuvre de Leonov, clôt cette période. Leonov y pose les problèmes dostoïevskiens du bien et du mal, de la souffrance comme prix de la justice, de la nature humaine en décrivant le milieu de la pègre qui met à profit la N.E.P. ; il s'y représente lui-même, auteur en quête de personnages, et confident des principaux héros de ce roman dans le roman. Après des voyages à travers le pays entre 1927 et 192 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LEONOV LEONID MAXIMOVITCH (1899-1994)  » est également traité dans :

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de la révolution »  : […] Trois ans de guerre civile consomment la rupture avec le passé. La majorité des écrivains connus, en particulier les prosateurs réalistes, liés à la gauche libérale ou révolutionnaire (Bounine, Kouprine, Léonide Andréïev, et même Gorki), voient dans le coup d'État de Lénine la ruine des espoirs démocratiques nés de la révolution de février. La plupart émigrent, beaucoup de façon définitive. Au con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_1095

Pour citer l’article

Alexis BERELOWITCH, « LEONOV LEONID MAXIMOVITCH - (1899-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonid-maximovitch-leonov/