Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

KOUTCHMA LEONID (1938- )

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Homme politique ukrainien, Premier ministre (1992-1993) et président de la République (1994-2005).

Leonid Danilovich Koutchma est né le 9 août 1938 à Chakyne, dans l’oblast de Chernigov (aujourd’hui Tchernihiv), en Ukraine alors soviétique. Diplômé de l’université de Dniepropetrovsk (Dnipro), il s’engage dans une carrière d’ingénieur mécanicien. De 1972 à 1982, il occupe le poste de secrétaire du Parti communiste pour son unité de production. Au cours de cette période, il assure notamment des fonctions ultrasecrètes à la direction technique de la base de Baïkonour, au Kazakhstan, le centre du programme spatial soviétique. Entre 1986 et 1992, il est directeur général de Yuzhmas, le premier groupe mondial de construction de fusées et missiles balistiques, à Dniepropetrovsk.

Le 13 octobre 1992, Koutchma est nommé Premier ministre par Leonid Kravtchouk, premier président élu de la république indépendante d’Ukraine. Mais les deux hommes sont en désaccord sur la conduite de la politique économique, et Koutchma démissionne un an plus tard. En 1993, il est nommé président de l’Union ukrainienne des industriels et entrepreneurs. L’année suivante, il devient professeur à l’université de Dniepropetrovsk et membre de l’Académie des techniques d’Ukraine.

Lors du scrutin présidentiel du 10 juillet 1994, Koutchma, pro-russe, l’emporte sur le président nationaliste sortant Kravtchouk, en s’alliant aux ex-communistes. Sa popularité décroît toutefois rapidement, tandis que ses réformes ne parviennent pas à améliorer la situation économique, et que la classe dirigeante se transforme en oligarchie capitaliste faisant main basse sur les richesses industrielles du pays. Koutchma est néanmoins réélu le 14 novembre 1999, alors que des irrégularités entachent le scrutin. Il nomme Premier ministre le gouverneur de la Banque centrale, Viktor Iouchtchenko, pro-européen et partisan des réformes. En avril 2001, Iouchtchenko est victime d’une motion de censure parlementaire et démissionne. L’année suivante, l’opposition réclame la destitution du président Koutchma, qu’elle met en cause dans l’assassinat du directeur d’un journal d’opposition et dans la vente d’un système de radar à l’Irak, en violation d’une résolution des Nations unies. Autorisé par la Cour constitutionnelle à briguer un troisième mandat en 2004, Koutchma choisit toutefois de soutenir, face à Iouchtchenko, la candidature du Premier ministre Viktor Ianoukovitch qu’il avait nommé en novembre 2002. Au terme d’un scrutin disputé, le 22 novembre, Ianoukovitch se déclare vainqueur en dépit des allégations de fraudes. Iouchtchenko lance alors un mouvement de résistance civile connu sous le nom de la « révolution orange ». La Cour suprême annule les résultats du second tour et impose à Koutchma l’organisation d’un troisième tour, le 26 décembre, que remporte Iouchtchenko. Koutchma quitte le pouvoir en janvier 2005.

Après une inculpation en 2011 dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du journaliste Georgui Gongadze (2000), il représente l’Ukraine lors des négociations des accords de Minsk (septembre 2014) avec les séparatistes prorusses de l’est du pays. En 2019, il est confirmé par le président Volodymyr Zelensky dans ce rôle de représentant de l’Ukraine au sein du groupe de contact pour la paix dans le Donbass.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis. KOUTCHMA LEONID (1938- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 16/05/2023

Autres références

  • UKRAINE

    • Écrit par , , , , et
    • 40 363 mots
    • 17 médias
    L'élection présidentielle de juillet 1994 va marquer une première alternance politique : Leonid Koutchma, ex-Premier ministre (1992-1993) issu de la classe soviétique des « directeurs rouges », est élu avec 52 % des suffrages sur la promesse de réformes économiques, d'un rapprochement avec Moscou...